La double menace VIH et Covid-19

21 Juillet 2021
268 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 14 juillet, l’Onusida a publié une mise à jour de son rapport mondial sur le sida dans le monde en 2021. Cette actualisation montre que les personnes vivant avec le VIH sont confrontées à la double menace du VIH et de la Covid-19, car les populations clés et les enfants ont toujours très peu accès aux services de lutte contre le VIH. « Les populations clés et leurs partenaires sexuels représentent 65 % des nouvelles infections au VIH, mais sont largement exclues des ripostes au VIH et à la Covid-19. 800 000 enfants vivant avec le VIH ne suivent pas le traitement indispensable pour les maintenir en vie » indique le rapport. L’Onusida met également en exergue les graves disparités dans l’accès aux vaccins Covid-19. « En Afrique subsaharienne, qui abrite les deux tiers (67 %) des personnes vivant avec le VIH, moins de 3 % avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid-19 en juillet 2021 » déplore l’Onusida. Et d’ajouter : « Les vaccins contre la Covid-19 pourraient sauver des millions de vies dans les pays en voie de développement, mais sont maintenus hors de leur portée, car les pays riches et les laboratoires verrouillent étroitement le monopole de la production et de la livraison des produits aux seules fins de profit. Ce comportement a des répercussions considérables dans le monde entier, car les systèmes de santé des pays en développement sont dépassés, comme en Ouganda, où les stades de football se transforment en hôpitaux de fortune ». Le nouveau rapport de l’Onusida montre aussi comment les confinements et autres restrictions liés à la Covid-19 ont gravement perturbé le dépistage du VIH, ce qui a entraîné dans de nombreux pays des baisses spectaculaires du nombre de diagnostics du VIH, des orientations vers les services de soins et des déclenchements de traitement du VIH. Enfin, une nouvelle analyse intégrée au rapport démontre la corrélation positive entre de meilleurs résultats en matière de VIH et l’adoption de lois qui font reculer les discriminations. Une étude menée en Afrique subsaharienne a révélé que la prévalence du VIH chez les travailleurs-ses du sexe était de 39 % dans les pays qui criminalisaient le commerce du sexe, contre 12 % dans les pays où il était partiellement légalisé. « Voilà maintenant 40 ans que nous luttons contre le VIH. Les succès et les échecs nous ont appris que nous ne pouvions pas nous préparer à une pandémie ni la vaincre, sans dissoudre les inégalités, promouvoir des approches centrées sur les personnes et basées sur les droits et sans travailler avec les communautés pour atteindre toutes celles et tous ceux qui en ont besoin », a déclaré Mme Byanyima, Directrice exécutive de l’Onusida.