La Fnars pour un "revenu décent" de 850 euros

21 Janvier 2017
680 lectures
Notez l'article : 
0
 

La Fédération nationale des acteurs de la solidarité (Fnars) a présenté le 10 janvier dernier une cinquantaine de propositions pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion, parmi lesquelles un "revenu minimum décent" de 850 euros par mois, versé sous conditions de ressources. La Fnars a soumis ses propositions aux candidats à la présidentielle ou à leurs représentants invités au Congrès de la Fnars (12 et 13 janvier). Le Front national n’a pas été invité, la Fnars ne souhaitant pas discuter avec l’extrême-droite. "Notre objectif est qu'ils se positionnent par rapport à cette plate-forme", a souligné le président de la fédération, Louis Gallois, estimant que la campagne présidentielle de  2017 prend place dans un contexte d'"intensification de la pauvreté et des inégalités". Le taux de pauvreté est certes resté stable depuis 2010, autour de 14 % de la population (8,8 millions de personnes) vivant en-dessous du seuil de pauvreté. Mais "les pauvres sont de plus en plus pauvres et ont de plus en plus de difficultés à sortir de la pauvreté", tandis que les inégalités de revenus "se transmettent de génération en génération", a souligné Louis Gallois. L’une des propositions phare de la Fnars est la création d’un "revenu minimum décent" de 850 euros par mois et par personne qui fusionnerait les minima sociaux existants, serait ouvert aux jeunes et versé automatiquement.