La France se prépare à un confinement prolongé

26 Mars 2020
493 lectures
Notez l'article : 
1
 

Alors que le président de la République a placé les médecins et chercheurs-ses en première ligne de la « guerre » contre l'épidémie, le comité scientifique préconise la prolongation sur une durée totale de six semaines - jusqu'au 28 avril - du confinement initialement prévu pour deux semaines minimum, indique l'AFP. Il ne s'agit encore que d'une « estimation parmi d'autres », a commenté le ministre de la Santé, Olivier Véran, en reconnaissant toutefois que le gouvernement se ralliait généralement aux préconisationx du comité scientifique. « Quand la circulation du virus sera contrôlée, alors la levée du confinement pourra être abordée. S'il est possible de le lever plus tôt, nous le ferons évidemment », a-t-il ajouté. Du côté du comité scientifique, ses membres soulignent que les effets du confinement sur l’évolution de l’épidémie ne peuvent être observés qu’à partir d’une durée de deux à trois semaines à partir de sa mise en oeuvre. La France est entrée en confinement le mardi 17 mars dernier, il y a une semaine. Un confinement de six semaines mènerait au 28 avril. Dans leur avis, les membres du conseil scientifique jugent par ailleurs que le dispositif « doit être strictement mis en oeuvre et bénéficier d’une large adhésion de la population, comme ceci semble être le cas ». « Le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l’alternative d’une politique de dépistage à grande échelle et d’isolement des personnes détectées n’étant pas pour l’instant réalisable à l’échelle nationale », écrit par ailleurs le conseil, réagissant ainsi à une controverse sur une plus large diffusion de ces tests. Par ailleurs, un « comité analyse recherche et expertise » (Care), composé de douze chercheurs-ses et médecins, présidé par Françoise Barré-Sinoussi, a été installé mardi 24 mars à l’Élysée par Emmanuel Macron en présence du Premier ministre Édouard Philippe, du ministre de la Santé Olivier Véran et de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation Frédérique Vidal, indique l'agence Reuters. Ce comité sera notamment invité à réfléchir sur les pratiques de « backtracking » qui permettent d’identifier les personnes en contact avec celles infectées par le coronavirus. A l’issue de cette réunion avec le groupement Care, Olivier Véran a donc indiqué qu’il n’était pas possible à ce stade de se prononcer sur la durée précise du confinement ; fin avril est donc une hypothèse. « Le principe du confinement, c’est de permettre d’arrêter la circulation du virus et de permettre de donner du temps, des lits, des ressources à nos hôpitaux pour pouvoir traiter les malades, tous les malades », a rappelé Olivier Véran.