La justice rejette un recours de Perronne

19 Janvier 2021
380 lectures
Notez l'article : 
0
 

La justice administrative a rejeté (14 janvier) un recours déposé en urgence contre l'AP-HP par le professeur de médecine Christian Perronne, spécialiste du VIH, démis en décembre de ses fonctions de chef de service par l'Assistance publique-hôpitaux de Paris pour avoir tenu des propos jugés « indignes ». Le Pr Perronne, ancien chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), a été sanctionné pour avoir suggéré que les malades de la Covid-19 représentaient, selon lui, une aubaine financière pour les médecins. Courant janvier, il a saisi le juge des référés-libertés afin qu'il annule cette décision, prise le 16 décembre 2020, estimant notamment que sa liberté d'expression avait été violée, indique l’AFP. « Aucune atteinte à la présomption d'innocence n'a été relevée par le juge des référés dès lors que le requérant n'a fait l'objet d'aucune poursuite pénale, mais uniquement d'une procédure disciplinaire », a considéré le tribunal administratif de Cergy-Pontoise en rejetant sa demande. « Ce référé-liberté précède un référé-suspension qui [devait être déposé le 14 janvier, ndlr] devant le tribunal administratif de Cergy et [qui] portera sur la légalité de la décision de l'AP-HP », a expliqué à l'AFP l'avocat du Pr Perronne, Me Thomas Benages.