La loi Grand âge suscite de l’impatience

26 Janvier 2021
299 lectures
Notez l'article : 
0
 

La future loi « grand âge et autonomie », visant à réformer le secteur de l'aide aux personnes âgées, « est toujours une priorité pour le quinquennat », a indiqué (20 janvier) Brigitte Bourguignon, la ministre chargée du dossier. Reste qu’elle ne sera présentée que « dès que la crise sanitaire le permettra ». Cette réforme « est sur les rails », et « sa rédaction est en cours de bouclage », a précisé la ministre lors du colloque de la Fédération nationale des associations de directeurs d'établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa), indique l’AFP.  Pour le président de la Fnadepa, Jean-Pierre Riso, cette loi, supposée donner plus de moyens au secteur, « n'est plus une urgence, elle est vitale ». « Que la crise la relègue sine dieserait intolérable », a-t-il réagi. Récemment le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal avait affirmé que « la grande priorité des prochaines semaines, c'est la gestion de la crise sanitaire », et que la réforme du grand âge, ainsi que celle des retraites, « restent à l'agenda de ce quinquennat dès lors que la situation sanitaire nous permettra de les reprendre ».  Les quatre principales fédérations associatives de l'aide et des soins à domicile ont interprété les récents propos du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, comme l'annonce d'un « nouveau report » de la loi, pourtant attendue impatiemment par les professionnels et constamment repoussée. Ce projet doit être mis en œuvre « avant l'été 2021 avec des financements à la hauteur des besoins du secteur », ont martelé (18 janvier) les fédérations de l'aide à domicile.