La ministre G. Fioraso pas inquiète pour l'ANRS

27 Juillet 2012
4 329 lectures
Notez l'article : 
0
 
genevieve-fioraso1.jpg

Questionnée sur les futurs financements de l'Agence nationale de recherche contre le sida et les hépatites virales (ANRS), à l'occasion de la conférence mondiale contre le sida, à Washington, la ministre française de la recherche Geneviève Fioraso, s'est voulue rassurante, dans un contexte budgétaire contraint. "Je ne suis pas inquiète sur l'avenir des recherches de l’ANRS, qui sont suffisamment exemplaires pour qu’on les encourage", a déclaré la ministre devant la presse, avant de préciser que les arbitrages budgétaires n’étaient "pas terminés". Avec son budget de 45 millions d'euros (autour de 110 millions en intégrant les salaires), la recherche française se place au 2e rang ou 3e rang mondial dans les domaines du VIH et des hépatites. La part des recherches hépatites est passée de 5 % en 2005 à 22 % en 2011. Et ce dans un budget global de l'ANRS qui n'augmente pas. Ce qui signifie que le budget de recherche sur le VIH est en baisse, malgré des avancées scientifiques importantes, qui demandent à être concrétisées au profit des malades et de toutes les personnes concernées (en thérapeutique et en prévention).