La Papouasie renonce aux puces pour les séro+

3 Janvier 2009
2 511 lectures
Notez l'article : 
0
 
tracking.jpg

La province indonésienne de Papouasie a renoncé, le 16 décembre, à implanter des puces électroniques sous la peau de certains malades du sida. La décision a été prise suite au tollé suscité par cette proposition scandaleuse chez les responsables gouvernements indonésiens, les professionnels de la santé et surtout les militants des droits de l’Homme. Le Parlement de Papouasie a finalement accepté de renoncer à cette mesure, qui figure dans un texte de loi sur la santé. "C’était une violation des droits de l’homme", a déclaré le vice gouverneur de Papouasie, Alex Hasegem, à propos de cette mesure dont l'objectif était de "permettre d’identifier, de poursuivre et de condamner des personnes qui contaminent délibérément les autres avec des peines allant jusqu’à six mois de prison ou 5 000 dollars (3 900 euros) d’amende." L’Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé du monde et son taux de contamination par le VIH est l’un de ceux qui progressent le plus rapidement en Asie, avec jusqu’à 290 000 infections pour 235 millions de personnes.