La Pride de banlieue au cinéma

17 Octobre 2020
603 lectures
Notez l'article : 
0
 

En salles, depuis mercredi 14 octobre, un documentaire original et rafraichissant « La Première Marche ». Réalisé par Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray, le documentaire suit les préparatifs de la première Marche des Fiertés LGBT+ en banlieue, en juin 2019 dans leur ville, à Saint-Denis. Le parti pris des réalisateurs a été de se concentrer sur les quatre organisateurs-rices. Quatre étudiants-es qui vont se lancer dans un projet un peu fou alors que tout le monde les met en garde. Une Pride en banlieue serait trop dangereuse en raison de l’homophobie (supposée) dans certains quartiers. Cette joyeuse bande d’amis-es ne se laisse pas décourager et ils-elles défendent leur projet avec conviction, humour et parfois un peu de naïveté. Le documentaire pose aussi le sujet de la difficulté d’appartenir en même temps à plusieurs minorités victimes de différentes formes de stigmatisation qui peuvent se cumuler ou se confronter entre elles. Un des protagonistes, d’origine marocaine et gay, explique avec une simplicité déconcertante comment en tant que gay musulman, il lui arrive de porter des jupes dans le centre-ville de Saint-Denis sans que cela ne pose soucis. Inversement, c’est lors d’une soirée un peu guindée à Paris que le groupe se retrouve confronté à un certain mépris de classe par un gay qui ne semble pas prendre au sérieux leur projet et qui est plus occupé à manger des petits fours qu’à écouter leurs arguments… On ressort de ce documentaire le sourire aux lèvres et avec de l’espoir pour cette nouvelle génération de militants-es queer qui dénoncent ce qu’ils-elles appellent « l’homonationalisme » (la récupération de la lutte contre l’homophobie par l’extrême droite) et la stigmatisation de leur ville et de la banlieue en général.