L'annonce de la séropositivité : le choc et après ?

26 Février 2013
3 602 lectures
Notez l'article : 
0
 

Certaines personnes parlent d’incrédulité lorsqu’on leur a annoncé leur séropositivité, d’autres encore d’une révolution personnelle et intime, d’un gouffre, d’un cataclysme… Les mots ne manquent pas pour qualifier ce moment si particulier de la vie. Et chacun, chacune les choisit au plus près de son expérience personnelle, de la force du trouble qu’il a ressenti. Pour de nombreuses personnes, ce choc, pour très violent qu’il soit, ne se résume pas forcément à une fin, il y a un après. Certains y voient un tournant, parfois même, après des années de vie avec le VIH et d’apprentissage mutuel, une "opportunité" de voir différemment son existence, de vivre autrement. Que s’est-il passé pour vous après l’annonce ? Comment avez-vous, seul ou accompagné, imaginé la suite ? On vous propose d’en parler ce soir sur le chat, dans le salon thématique en compagnie de Roy et de Vichenzo dès 21 heures.

Commentaires

Portrait de vichenzo

Avant toute chose nous tenons à préciser qu’il y a un forum ouvert, permettant de soumettre et de proposer vos idées pour les chats à thème du mardi soir.


Pour la plupart des séronautes, l’annonce de la séropositivité a été comme un coup de massue. Même si l’accompagnement par l’infectiologue et l’équipe médicale a été satisfaisant, le manque de soutien familial et amical (par peur d’annoncer sa séropositivité) fait cruellement défaut : "ce qu’il m’a beaucoup manqué c’est le soutien familial", "le plus dur ça a été de le dire à quelqu’un d’autre que le milieu médical".


Après l'annonce, pour certains la vie continue : "oui je vis comme avant, rien de plus, rien de moins", "je fume, je bois, le sport ce n’est pas un mot de mon vocabulaire, je travaille et vis ma vie pleinement". D’autres ont vécu leur passion pleinement : "je pensais que mon espérance de vie serait réduite, donc je me suis moins donné au travail et j’ai encore plus voyagé". Cependant des séronautes ont du renoncer à certains de leurs projets de vie : "la seule chose sur laquelle ça a bloqué, c’est pour faire des enfants, car à l’époque personne ne voulait m’aider dans le milieu médical : une femme séropo ne fait pas d’enfant".


Même si l’annonce de la séropositivité a été un choc pour tous : "ça a été un mauvais moment d’un an et après hop j’ai relevé la tête, je n’avais pas le choix, il y a mon p'tit loup" la plupart des présents sur le chat ont rebondi et ont des projets de vie : "moi j’ai plein de projets, j’ouvre une boutique, je vais prendre une séropote comme vendeuse, je déménage, je suis bien dans ma vie et ça ça va durer longtemps !!!", "je vivrais assez longtemps pour voir une gay-pride au Vatican !"