L’annonce du VIH, toujours taboue ?

16 Septembre 2014
1 122 lectures
Notez l'article : 
5
 

L’annonce du VIH, cette étape redoutée à l’issue incertaine : libération, regret, rejet… Malgré les avancées scientifiques (TasP), le grand public semble encore mal informé et la peur du VIH reste grande rendant complexe le moment de l'annonce. Sans pour autant le crier sur "tous les toits", comment changer cette réalité si personne ne le dit ? Comment agir sur les peurs irrationnelles et changer les mentalités engluer dans les représentations du siècle dernier ?
Partagez votre expérience ce soir, à partir de 21h, sur le chat thématique en compagnie d'Emilie.

Commentaires

Portrait de Emilie-seronet

Le thème du chat a réuni beaucoup de séronautes, l'annonce du VIH est toujours un moment redouté et appréhendé.

Il a été abordé plusieurs fois le fait que le regard de la société aujourd'hui serait peut-être même moins tolérant qu'un quizaine d'années en arrière : "j'ai l'impression que les séropo sont plus rejetés aujourd'hui qu'il y a une quinzaine d'années".
Cela serait dû au manque d'informations dans les médias : "moins d'information des médias sur le vih, à croire que l'on est tombé dans l'oubli" "c'est avant tout par ignorance, ils ne connaissent rien de la maladie... ils n'en ont que le souvenir des années 90". Et ce malgré les avancées thérapeutiques.
"les rares fois où j ai essayé d'engager la discussion lors de soiree, j ai souvent eu les mêmes réponse : maladie de toxico, depravé du sexe, de gay etc etc donc j'abandonnais..."

Les avis sont également nuancés, en fonction de l'expérience que l'on a pu avoir : rejet, soutien, indifférence...
"moi, dans ma famille, ils l'ont plutôt bien pris et m'ont aidé à faire face, ça fait de ça presque 2ans" ; "Il n'y pas eu de problème ,on m'a aidé au boulot" ; "c'est obligatoire de le dire aux personnes qui vivent dans ton intimité... a part ça non!" ; "aujourd'hui dans la majorité des cas lorsque tu annonces que tu es séropo, les mecs se barrent ou ne donnent pas suite" ; "le fait que personne ne le sache est important pour moi comme ça je ne vois pas la maladie dans les yeux et le comportement des gens".

Comment faire pour changer ce regard sur les personnes vivant avec le VIH ? Certains pensent que la société n'est pas encore assez ouverte et le risque de le dire est trop grand : "le dire c'est mourir.... c'est ce que je pense" ; "pour moi c'est de l'ordre de la sphère intime... personne d'autre n'a à le savoir".

D'autres au contraire croient au fait que plus les personnes le diront, moins la discrimination se fera : "même pas peur, j'en parle naturellement, ce que l'on pense n'est pas mon affaire" ; "pour que cela change, il faut être visible".

Tout cela est complexe et intriqué : "c'est un peu le serpent qui se mord la queue : la société trouve que c'est une maladie honteuse, du coup les personnes n'osent pas le dire. Mais en ne le disant pas, cela conforte la société que c'est honteux, car nondit"

Du chemin reste à faire, c'est certain, et chacun a sa place dans ce changement, qui se fera, doucement mais sûrement.

La journée de la Disance approche d'ailleurs, l'occasion d'avancer encore un peu plus loin.


Je vous propose de continuer le débat sur ce post de forum ouvert pour l'occasion.