L’appel au secours des Afghans-es LGBT

1 Septembre 2021
1 569 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 25 août dernier, alors que la France et les États-Unis s’apprêtaient à stopper les évacuations de populations afghanes en raison de menaces du régime Taliban, la communauté internationale alertait sur la situation des réfugiés-es et notamment les femmes et les personnes LGBT en danger de mort. Le média anglais LGBT Pink News a publié un article au contenu quasi insoutenable dans lequel un homme gay afghan a décrit comment les Talibans ont tué son conjoint et coupé son corps en morceaux pour qu'il serve d'« exemple » sur le sort réservé aux personnes LGBT sous le régime des Talibans. Le même jour, un article du média français LGBT Têtu publiait « l’appel à l’aide  » de plusieurs personnes LGBT qui cherchaient à fuir l’Afghanistan. Témoignage de Shahram (prénom modifié) : « Les Talibans vont nous tuer. Ils nous traquent, ils nous pourchassent, ils vont nous battre et nous tuer. Aidez-nous, contactez les autres journalistes, les associations et les activistes LGBT pour porter nos voix. Nous devons quitter le pays ». Sur Twitter, de nombreux-ses activistes pour les droits des personnes LGBT ont tiré la sonnette d’alarme. C’est le cas de Sébastien Tüller, responsable du pôle LGBT chez Amnesty France. « Selon plusieurs rapports internationaux, la peine de mort (bien que toujours en vigueur) n'était plus appliquée avec les personnes LGBTI+ en Afghanistan depuis la fin du régime taliban en 2001. Le retour des Talibans au pouvoir est une condamnation à mort pour les LGBT », prévient l’activiste et juriste. Et de préciser toute la complexité de la condition des personnes LGBT en Afghanistan : « Et comment être en mesure de faire brusquement un coming out à l'aéroport ou auprès d'une autorité étrangère (ou même d'une ONG) lorsqu'on vit dans une société qui nous oblige à dissimuler son orientation sexuelle ou son identité de genre depuis toujours ? » s’interroge Sébastien Tüller.