Le 8 mars selon MDM

8 Mars 2018
2 433 lectures
Notez l'article : 
0
 

Un slogan ironique : "Le 8 mars n’est pas la journée de la femme", un message sur la santé. C’est sur ce sujet et registre que Médecins du Monde (MDM) a choisi de communiquer à l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes. Une façon pour l’organisation non gouvernementale d’affirmer son "engagement pour les droits et la santé des femmes". "Les femmes partout le monde font l’objet de discriminations constantes, ne sont pas traitées à égalité avec les hommes et voient leurs droits fondamentaux niés ou régulièrement remis en question. Simplement parce qu’elles sont des femmes", rappelle Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde. L’association a réalisé deux affiches qui entendent "illustrer les défis immenses auxquels les femmes doivent faire face pour la maîtrise de leur sexualité, de leur fécondité et leur accès à des services de santé sexuelle et reproductive". Et l’ONG de rappeler qu’aujourd’hui dans le monde, "214 millions de femmes souhaiteraient éviter ou différer une grossesse mais n’ont toujours pas accès à la contraception. 40% de femmes vivent dans des environnements qui restreignent l’accès à l’avortement". "Bien qu’essentiels à l’exercice de ce droit, l’accès à la contraception pour les jeunes et à l’avortement médicalisé continuent de se heurter à de très fortes oppositions dans de nombreux contextes", rappelle le Dr Françoise Sivignon. "Le droit des femmes et des filles au libre choix est un enjeu majeur qui doit mobiliser chacun et chacune d’entre nous pour faire avancer l’égalité réelle et la positionner comme un pilier essentiel du développement économique et social. Le 8 mars n’est pas la journée de la femme, mais bien un moment clé pour réaffirmer l’urgence du combat pour les droits des femmes. Un combat qui doit se poursuivre toute l’année, à l’échelle individuelle, locale et globale", conclut Médecins du Monde.