Le chômage nuit à la santé

21 Mai 2016
787 lectures
Notez l'article : 
0
 

"Le chômage est désormais un problème majeur de santé publique". C’est ce qu’affirme le Conseil économique, social et environnemental (Cese) dans un avis compilant les résultats des dernières études sur le sujet. Cet avis, voté mardi 10 mai, dresse un bilan de santé alarmant des demandeurs d'emploi, alors que leur nombre est, selon les données de pôle emploi, de 5,76 millions de personnes. "10 000 à 14 000 décès par an sont imputables au chômage en France par maladies chroniques, hypertension, rechute de cancer, etc. et la mobilisation collective est quasi inexistante", dénoncent les auteurs, citant une étude de l'Inserm. "Des études internationales (...) font état d'un risque de surmortalité multiplié par trois, soit un effet comparable à celui du tabagisme", poursuivent-ils, cités par l’AFP. Une autre étude récente (Inserm, Assurance maladie et assurance vieillesse) met en évidence l'état sanitaire général "dégradé" des demandeurs d'emploi : les hommes et femmes sans activité professionnelle déclarent respectivement 2,32 et 1,71 fois plus fréquemment un "mauvais état de santé". "Pour une augmentation de 10 % du taux de chômage, le taux de suicide tous sexes confondus augmente significativement de 1,5 %", signale l’avis. Le taux de chômage a augmenté en France de 47 % depuis 2008.