Le CNS veut renforcer le rôle de la France

23 Mai 2020
323 lectures
Notez l'article : 
0
 

Rappelez-vous, c’est à l’époque d’avant : en 2019. La sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds Mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose était organisée (octobre 2019) en France, à Lyon Elle avait a permis de réunir 14 milliards de dollars pour lutter contre les trois pandémies dans les trois prochaines années. A cette occasion, le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) avait publié, en amont de la conférence, une note valant avis sur les enjeux de cette lutte. Tout récemment, l’institution française a publié une seconde note valant également avis qui appelle à « Renforcer l'influence et l’action de la France pour améliorer la riposte contre la pandémie de VIH dans le cadre plus large de la santé mondiale. » Dans cet avis, le CNS appelle la France à renforcer son influence et son action aussi bien dans le cadre multilatéral du Fonds mondial que dans le cadre bilatéral, afin d’améliorer la qualité et l’efficacité de la riposte mondiale contre le VIH, en particulier en Afrique de l’Ouest et du Centre. Il propose également des évolutions significatives de la nouvelle stratégie du Fonds mondial 2023-2028, afin que les parties prenantes concourent plus efficacement à l’atteinte des objectifs de développement durable. Il fait d’ailleurs cinq recommandations comme celle, pour la France, d’inscrire la lutte contre le VIH dans le cadre d’une stratégie en santé mondiale de moyen et de long terme et définir les modalités de son suivi-évaluation ». Les travaux et auditions qui ont permis d’élaborer cette nouvelle Note ont immédiatement précédé la crise sanitaire actuelle. Pour cette raison, le CNS n’a pas été en mesure d’intégrer à son raisonnement l’impact, pour le moment difficile à évaluer, de la nouvelle pandémie de Covid-19 sur la santé mondiale, indique l’institution. « Cette crise sanitaire conforte cependant l’importance d’œuvrer en faveur d’orientations défendues par la France, telles que la couverture santé universelle et le renforcement des systèmes de santé », explique cependant le CNS.