Le Comede a besoin de soutien

23 Septembre 2012
590 lectures
Notez l'article : 
0
 
logo_comede.png

Depuis sa création en 1979, le Comede a accueilli, soigné et soutenu plus de 100 000 personnes de 150 nationalités, explique l’association dans un communiqué (début septembre). Demandeurs d’asile, réfugiés, mineurs isolés, étrangers malades, en séjour précaire, les exilés cumulent les facteurs de vulnérabilité pour la santé. Les activités d’accueil, soins et soutien pour ces personnes (Centre de santé et Espace santé droit), et de recherche, information et formation destinées à ceux qui leur viennent en aide (Centre-ressources du Comede) sont indissociables pour faire face à l’ampleur des besoins. En ce début d’année 2012, la pérennité des actions du Comede est menacée par la réduction et la suppression des subventions publiques perçues les années précédentes par l’association. Cette évolution a pu être compensée en 2009 et 2010 par les dons et soutiens privés. Mais le phénomène s’est accentué en 2011, conduisant à une baisse de près de 20% du nombre des personnes exilées accueillies au Centre de santé et à l’Espace santé droit. "Les premières réponses obtenues de la part des financeurs du Comede pour l’année à venir confirment ou accentuent cette baisse, dans un contexte général de diminution des subventions publiques aux associations. Or les besoins de soins et de soutien sont au contraire en augmentation parmi les exilés confrontés à la dégradation actuelle des conditions d’accueil et d’accès aux soins. Le soutien des donateurs privés est ainsi indispensable à la pérennité des actions du Comede en faveur de la santé des exilés", expliquent Didier Fassin, président du Comede et Arnaud Veïsse, directeur général. L’association lance une campagne d’appel aux dons pour financer ses actions.