Le Conseil d'État valide des stéréotypes féminins contreversés

7 Septembre 2017
900 lectures
Notez l'article : 
0
 

Contrairement à l'association féministe les "Effronté-e-s", le Conseil d'Etat a jugé, fin août, que les silhouettes féminines de Dannemarie ne constituent pas une atteinte à la dignité. L'installation était controversée. Il s’agissait de silhouettes féminines en contreplaqué, installées dans la commune de Dannemarie (Haut-Rhin) à l'occasion de "l'année de la femme. Pour l’association féministe, cette exposition constituait "une offense". Le tribunal administratif de Strasbourg avait demandé le retrait de ces images, et le maire avait saisi le Conseil d'Etat. Ce dernier estime donc qu'elles ne représentent pas une "atteinte grave" à la dignité humaine, contrairement à ce que clamait le collectif. "Même si les panneaux peuvent être perçus comme véhiculant des stéréotypes dévalorisants pour les femmes, ou, pour quelques-uns d'entre eux, comme témoignant d'un goût douteux voire comme étant inutilement provocateurs, leur installation ne peut être regardée comme portant une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la dignité humaine", a estimé la plus haute juridiction administrative. La décision du tribunal administratif de Strasbourg a été annulée.