Le gouvernement américain attaque Gilead

23 Novembre 2019
357 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 6 novembre dernier, le ministère de la Justice américain a engagé une action en justice contre le laboratoire pharmaceutique Gilead. Motif du désaccord ? Des brevets concernant Truvada (emtricitabine + ténofovir disoproxil), un médicament anti-VIH utilisé en Prep. Du côté du gouvernement, on estime que la recherche publique américaine (notamment des chercheurs-euses des centres américains de contrôle et de prévention des maladies, CDC) a contribué à la découverte de la Prep, notamment dans le cadre d’essais sur les animaux. Ces découvertes ont fait l’objet de brevets, dont les CDC estiment qu’ils devraient tirer des bénéfices financiers ; or, ce n’est pas le cas. Pour le moment, c’est uniquement Gilead qui tire le seul bénéficie financier des ventes de Truvada : des milliards de dollars à l’échelle mondiale. Les CDC avancent que Gilead n’a jamais obtenu de leur part de licences d’utilisation pour quatre brevets relatifs à Truvada tirés de recherches financées par le gouvernement américain. Le laboratoire estime être propriétaire desdits brevets et ne rien devoir à personne. Il considère d’ailleurs comme « invalides » les brevets dont les CDC se prévalent. Gilead a d’ailleurs porté l’affaire devant l’Office américain des brevets et des marques (Uspto). Chez certains-es experts-es, on explique que l’affaire a pris un tour judiciaire car le gouvernement entend notamment faire pression sur le laboratoire pour faire baisser le prix du Truvada… qui n’est pas disponible en versions génériques aux États-Unis. Les autorités de santé estiment que trop peu de personnes aux États-Unis (135 000 environ) sont sous Prep aujourd’hui, au regard des besoins (1,1 million d’Américains-es devrait avoir la Prep) et que l’accès limité actuel est la conséquence du prix élevé du traitement préventif dans le pays. La bataille judiciaire engagée pourrait être longue et continuer alors que les brevets pour Truvada arrivent à échéance et tombent dans le domaine public en 2020. Mais elle pourrait aussi connaître un rebond avec Descovy, une nouvelle version de Truvada lancée par Gilead, récemment approuvé par l’Agence américaine du médicament (FDA), dont le gouvernement américain conteste également les brevets pour les mêmes motifs.