Le mot du président, le professeur Hirschel

26 Mars 2012
991 lectures
Notez l'article : 
0
 
geneve2_0.jpg

Président de la 6ème Conférence francophone VIH/sida AFRAVIH 2012, le professeur Bernard Hirschel est revenu brièvement, dans son discours d’ouverture, sur la déclaration suisse sur la non-infectiosité des personnes en traitement (en France, on parle des recommandations suisses). Une information scientifique à l'époque, en 2008, confirmée depuis par de nouvelles études. Une information qui ouvre la voie à de nouvelles perspectives dans la lutte contre le sida. Perspectives sur lesquelles nous reviendrons tout au long de cette conférence. Le professeur Hirschel a eu l'audace de présenter le succès de la réduction des risques chez les personnes consommatrices de drogues par injection, abaissant le niveau d'infections à un niveau le plus bas dans un groupe cible. Audacieux propos reprenant de récentes données de la cohorte suisse VIH et le niveau des infections VHC chez les personnes suivies. Force est de constater que la réduction des risques chez les usagers de drogues a aussi eu un effet sur le niveau de l'épidémie de VHC. Quand on regarde le niveau des infections VHC aujourd'hui, il est devenu plus dynamique chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes que chez les personnes consommatrices de drogues par injection. Succès de la prévention chez les uns, échec chez d'autres. Des déséquilibres dans les stratégies de prévention, nous devons tirer les conséquences : qu'il faut et s'ouvrir aux nouvelles perspectives et stratégies de prévention dans la lutte contre le VIH aujourd'hui.