Le phénibut dans la liste des psychotropes

25 Septembre 2020
181 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le phénibut (acide 4-amino-3-phenylbutanoique) a été inscrit sur la liste des psychotropes par le ministère de la Santé, afin d’en interdire notamment la production, la vente ou cession, l’acquisition et l’emploi (1). Cette décision a été prise « compte tenu des risques graves pour la santé publique liés à la consommation de cette drogue de synthèse », indique un communiqué de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Son achat se fait principalement sur Internet sous forme de capsules, comprimés, gélules ou en poudre. Il est consommé par voie orale. « S’agissant d’une substance potentiellement dangereuse, les Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance-addictovigilance (…) ont mené une enquête, à la demande de l’ANSM, qui a porté sur la période allant de 2007 à 2019. « Cette étude a mis en évidence une augmentation récente du nombre d’intoxications chez des usagers de phénibut (7 cas en 2019 sur un total de 14 signalements), incluant des cas de dépendance, des syndromes de sevrage parfois sévères, mais aussi des intoxications plus graves comme des troubles psychiatriques ou des comas ». Les principaux symptômes retrouvés lors d’une intoxication au phénibut sont « des vomissements, des vertiges, une tachycardie, une anxiété, une insomnie, des hallucinations ainsi que de la somnolence et/ou un coma », précise le communiqué de l’ANSM.

(1) : Par arrêté du 9 septembre 2020 , modifiant l’arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances psychotropes.