Le plan addictions est enfin sorti

17 Janvier 2019
1 169 lectures
Notez l'article : 
0
 

Il était attendu… depuis un bon moment. Il vient de sortir en catimini. Lui, c’est le plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022. Il est désormais disponible sur le site de la Mildeca (mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives). Dans un communiqué, l’instance officielle indique que ce plan « a été validé par le cabinet du Premier ministre le 19 décembre 2018 ». La commande du gouvernement était que la Mildeca propose, en lien avec les ministères concernés [santé, Intérieur, Justice…], une « actualisation et une intensification de cette politique [de lutte contre les addictions, ndlr], afin de protéger nos concitoyens, en particulier les plus jeunes, leurs niveaux de consommation étant parmi les plus élevés en Europe, quel que soit le produit en cause ». Au total, six axes ont été définis (Protéger dès le plus jeune âge ; Mieux répondre aux conséquences des addictions pour les citoyens et la société ; Améliorer l’efficacité de la lutte contre le trafic ; Renforcer les connaissances et favoriser leur diffusion ; Renforcer la coopération internationale ; Créer les conditions de l’efficacité de l’action publique sur l’ensemble du territoire). Ils ont été déclinés en « 19 priorités et plus de 200 mesures ». Ce travail a associé les ministères, leurs opérateurs (agences sanitaires et agences régionales de santé), la Cnam et la Cnaf, les associations représentant les communes (Association des maires de France, France Urbaine, Union nationale des centres communaux d’action sociale) et les départements (Association des départements de France), les professionnels, associations et intervenants, spécialistes de l’addictologie ou de la réduction des risques, mais aussi des représentants du secteur économique de la production d’alcool, de la restauration et de la distribution. Plus de 70 contributions ont été recueillies. À cette occasion, le Premier ministre, Edouard Philippe, a expliqué que les chiffres de la mortalité imputable au tabac (73 000 décès par an) et à l’alcool (49 000 décès par an) en France « ne sont pas acceptables ». Parmi les mesures envisagées, il y a bien entendu l’amende forfaitaire pour usage de cannabis ou le paquet de cigarettes à dix euros à l’horizon 2020 ; des mesures déjà connues. Selon Le Monde (8 janvier), aucune nouvelle mesure forte ne concernerait l’alcool. Rien sur les taxes… par exemple. Cette absence de mesure forte sur l’alcool devrait susciter la déception des médecins addictologues qui avaient publié, en avril 2018, une tribune appelant à un véritable plan alcool, note le quotidien du soir. A noter qu’une bonne partie des acteurs-trices qui ont contribué à ce plan n’en ont eu qu’une connaissance tardive alors que, explique Le Monde, ce dernier a été « envoyé le 27 [décembre, ndlr] aux préfets de région et de département par la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), la structure chargée de ce dossier auprès de Matignon ».