Le port généralisé du masque

16 Juin 2020
257 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le port du masque à l'échelle de la population pourrait faire baisser la transmission du coronavirus à des niveaux contrôlables et prévenir de nouvelles vagues de contamination en le combinant à des mesures de confinement, selon une étude britannique publiée mercredi 10 juin, et citée par Reuters. Menée par des scientifiques des universités britanniques de Cambridge et de Greenwich, cette étude suggère que les mesures de confinement ne suffiront pas à arrêter uner éventuelle résurgence du coronavirus Sars-CoV-2, mais que même les masques faits maison peuvent réduire considérablement les taux de transmission si un nombre suffisant de personnes les porte en public. « Nos analyses soutiennent l'adoption immédiate et universelle du masque par le public », a déclaré Richard Stutt qui a codirigé l'étude à Cambridge. Combiner l'utilisation généralisée du masque avec la distanciation sociale et des mesures de confinement pourrait être « un moyen satisfaisant de gérer la pandémie et de relancer l'activité économique » avant le développement d'un vaccin efficace contre la Covid-19, a-t-il ajouté. Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society A. Au début de la pandémie, les preuves scientifiques de l'efficacité des masques pour ralentir la transmission des maladies respiratoires étaient limitées. Mais suite à de nouvelles recherches menées ces dernières semaines, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, début juin, recommander désormais le port du masque en public par tous-tes. Les chercheurs-ses ont évalué différents scénarios de ports de masques combinés à des périodes de confinement. L'étude a montré que porter un masque en public est deux fois plus efficace pour réduire la transmission que le fait d'en porter un après l'apparition des symptômes de la maladie. Dans tous les scénarios examinés, l'utilisation systématique d'un masque par 50 % ou plus de la population a réduit la propagation du coronavirus, prévenant les futures vagues de contamination tout en permettant un confinement moins strict. D'autres experts-es qui n'ont pas été directement impliqués-es dans cette étude sont divisés-es sur ces conclusions. Ellen Brooks Pollock, experte en modélisation des maladies infectieuses de l'université de Bristol, a ainsi déclaré que l'impact probable du port du masque pourrait être beaucoup plus faible que prévu. Pour Trish Greenhalgh, professeure à l'université d'Oxford, ces résultats sont encourageants et elle estime que le port du masque « pourrait être une mesure efficace pour la population ».