Le revenu universel revient… en débat

2 Décembre 2020
501 lectures
Notez l'article : 
0
 

L'Assemblée nationale s'est prononcée (26 novembre) pour ouvrir un débat national sur un mécanisme de revenu minimum universel auquel tout le monde aurait droit ; le gouvernement travaillant de son côté sur un « revenu universel d'activité ».  Les députés-es ont adopté par 106 voix contre 11 une résolution qui « invite le gouvernement à ouvrir un débat national et citoyen sur la création, l'expérimentation, le financement, la mise en œuvre et l'évaluation » d'un tel mécanisme. Il s'agit de relancer un débat ancien sur la garantie pour tous d'un revenu plancher, avec pour ambition de créer un « choc de simplification majeur » et non pas un énième « remaniement » du système des aides existantes « à bout de souffle » et « irréformable », selon le groupe Agir, partenaire de la majorité, qui est à l’initiative de cette proposition. L'idée d'un revenu universel avait notamment constitué la proposition phare du candidat socialiste Benoît Hamon lors de la présidentielle de 2017. Le « socle citoyen » proposé reposerait sur un impôt sur le revenu étendu à tous, servant de base au calcul d'un "crédit d'impôt individuel »". Si ce crédit est positif on paie alors l'impôt, s'il est négatif les finances publiques versent la différence permettant de garantir à chacun un revenu mensuel au moins égal à un montant à définir. La formule permettrait d'inclure des catégories – indépendants-es, jeunes notamment - à l'écart des systèmes d'aide, souligne le groupe Agir, selon qui « l'enjeu du revenu universel, ce n'est ni de baisser ni d'augmenter les minima sociaux ». La ministre Brigitte Bourguignon a admis que les propositions d'Agir étaient « intéressantes de prime abord », mais a fermement pris la défense du système de protection sociale français actuel.

Commentaires

Portrait de jl06

 Mais attention la disparitions de la plus par  des aides excistantes  va de pair ....

le systéme actuel étant 'd' un tel bordel ,qu'il permet aux fraudeurs de se régalé ..........

Ou alors les gens sont largué par la compléXité des aides aux ayants droit ,

bref une machinerie à bout de souffle !