"Le sida : création ? Invention ? Accident ?"

31 Juillet 2009
14 794 lectures
Notez l'article : 
0
 
myth.jpg

Le site du Nouvel Observateur propose actuellement une série de dossiers dont le thème est "Les Théories du complot".  Un des premiers sujets traités (23 juillet) dans cette série d'été est le VIH. Intitulé : "Le sida : création ? Invention ? Accident ?", cet article revient sur toutes les théories, souvent très farfelues, présentées ces dernières années sur l'origine du VIH. L'article est consultable sur le site du Nouvel Observateur.

 

Commentaires

Portrait de sonia

Il y a une histoire qui m'interroge c'est celle de nouveaux nés avec un sida néo natal alors que la mère était sous tri et indetectable! plus clairement la relation entre vih et sida
Portrait de Osmin

une trés bonne question même si j'en suis sûr on aura toujours pas la réponse, car il semble que le secret est bien gardé ! Mais je vais lire le dossier du Nouvel Obs. on ne sait jamais ! des fois que parmi les théories, dites farfelues, se trouve la bonne ! Séro-Dignement 1 des amis de Dorothy !
Portrait de RedBlood

Portrait de RedBlood

Portrait de RedBlood

Portrait de derdeder

j'avais que des morceaux eparces de cette theorie, vite jete aux orties sans l'avoir contré reellement. et ca ne me fait surtout pas changer d'avis : que nous avons a faire a des mafieux de la pire des especes !
Portrait de sonia

et le virus le plus malin qui soit ! sans transition, le vaccin de la grippe A ( un décès officiel en france !) qui aura dejà couté la somme de 872 Millions d'euros aux contribuables français, va t il réellement empêcher les futures contaminations ou alors a t on confondu Mexique avec A-frique ?
Portrait de guppy

Je trouve hallucinant que vous croyiez à ces foutaises.
Portrait de frabro

J'ai regardé les vidéos, il n'y a là que des théories de journalistes et absolument aucune preuve scientifique. est-il d'ailleurs vraiment essentiel de savoir d'où vient le virus ? Pour moi l'important c'est de le combattre et de le vaincre. Le reste n'est que littérature.
Portrait de Kaaphar

zont oublié la théorie du steward canadien qui lors de séjours en a-fric se faisait enculer par des singes.... ça avait donné lieu à un film musical bien enlevé à une époque où on ne rigolait pas avec ces choses là "le patient zéro" ou "zero patience" Il n'en reste pas moins que cette affaire de passage du singe à l'homme (du VIS au VIH), sur laquelle tout le monde est d'accord, reste troublante. Et que l'explication via les possibles échanges sanguins liés à la promiscuité singe/homme semble douteuse, en effet : pourquoi au XXe siècle et pas avant ??? la théorie d'autres fluides corporels que le sang semble alors possible !! gare au gorille !! @+ K.
Portrait de RedBlood

Ça amène à la réflexion . Je pense que si le virus découle d'une manipulation humaine, se serait bien d'évité de recommencer.
Portrait de derdeder

et ca couterait surement moins cher a tous !
Portrait de sonia

connaître l'origine du vih, n'est ce pas aussi aider la recherche fondamentale? le virus est il le même qu'il soit transmis de manière sexuelle materno foetale ou sanguine ? kaa a parlé des fluides...ce que je regrette dans les discours des "dissidents du sida", c'est la faute qu'ils rejettent aux homosexuels et aux drogués dans la survenue de cette maladie !
Portrait de vendredi_13

Comme GUPPY et FRABRO... Je suis surpris, vraiment ! :0/ __________________ Aimer ce qui advient
Portrait de nathan

n'est peut-être pas de savoir comment on y entre mais comment éventuellement on peut s'en sortir en tout cas vivre avec avec le moins de casse possible...Non ?
Portrait de nathan

je crois que c'est son nom...
Portrait de nathan

Zero patience (en ce qui concerne la polémique sur le steeward canadien). Mais il existe aussi une production hoolywoodienne plus "musicale" qui se termine sur une plage, en un choeur réunissant les vivant et les morts... C'est à ce film que tu penses Kaaphar ?
Portrait de vendredi_13

Il s'appelait Gaëtan Dugas, son histoire est archi-connue : c'était juste un gay canadien hyperactif sexuellement (et steward de surcroît, donc grand voyageur) qui a été "disculpé" ensuite comme patient zéro... Il a juste été l'un des premiers à être diagnostiqué, puis à mourir (du moins en Amérique du Nord).

__________________

Aimer ce qui advient

Portrait de nathan

Hasard ou Fortuna ? Amor fati sans doute...
Portrait de romainparis

Souvenez-vous du coup du moustique !!!! Parmi ces fameuses théories : Ce sont des immigrés haitiens qui auraient couchés avec des gays new-yorkais qui utilisaient des poppers qui seraient à l'origine du sida. Immigrés/homos/drogues... comme c'est bizarre !!!!
Portrait de vendredi_13

lol Nathan ;-)

__________________

Aimer ce qui advient

Portrait de nathan

Vendredi 13, connais-tu la MEET à Saint-Nazaire ?
Portrait de nathan

Portrait de RedBlood

Nathan tu dis :

Quote:
n'est peut-être pas de savoir comment on y entre mais comment éventuellement on peut s'en sortir en tout cas vivre avec avec le moins de casse possible...Non ?

Je crois plutot que c'est au seronegatif d'apprendre à vivre avec des seropos.

Parce que nous on a pas le choix, le vih c'est déjà invité dans nos vies. 

et comme dit Sonia :  

Quote:
 aider la recherche fondamentale

Portrait de veve

pour moi cest comme la grippe espagnole qui va venir jespere pas pour moi cest une pandemie mondial il faut avoir des bon anticorps pour tout le monde je prefaire pas cest tout
Portrait de guppy

zont oublié la théorie du steward canadien qui lors de séjours en a-fric se faisait enculer par des singes.... Comme c'est poétique.........
Portrait de nathan

Voilà ! J'ai retrouvé le titre du film, genre production hollywoodienne qui évoque le cas du patient zéro également. C'est un film de Norman René de 1990. On brûlait puisqu'un forum sur Seronet porte ce nom aussi ! Voici un commentaire assez juste de ce film et le questionnement que suscite la fin très particulière que j'ai évoquée ici :

Est-ce à ce film que tu pensais Kaaphar ?

Le commentaire du film :

"Chronique des années sida dans la bourgeoisie intello blanche de la côte Est des Etats-Unis. Fidèle, sensible, concrète. "Un compagnon de longue date" retrace, sur huit années, la vie d'un petit groupe d'homosexuels frappés de plein fouet par le sida. Tragédies personnelles, drame collectif... Ce film est le témoignage vivant de toute une génération et l'histoire d'un apprentissage politique : comment des hommes deviennent actifs, volontaires, productifs. Comment la maladie, source de souffrance, de malheur, est devenue aussi un moteur, une exigence.

L'action se passe à Los Angeles, entre 1981 et 1989. Les protagonistes ? Des garçons de vingt à quarante ans, très "comme il faut", très "middle class" : un job, une vie aisée, limpide, réglée. Tout commence avec cet article du New York Times qui, dans son édition du 3 juillet 1981, évoque l'apparition d'un "cancer rare chez quarante et un homosexuels". A partir de ce jour-là, l'existence de ce petit groupe de personnages bascule.

"Un compagnon…" retrace, sur ces huit années, la vie de ce microcosme amical et amoureux frappé de plein fouet par le sida. Le film profile, sous la trame de la fiction, le documentaire de ces années : le passage gradué de la déroute à la prise de conscience, de la panique à la mobilisation, de l'énigme (1981) à la mise au point des premiers traitements efficaces (1987), en passant par l'isolation du virus (1983) et la mise en place des tests de dépistage (1984).

Les personnages incarnent des psychologies en même temps qu'ils illustrent l'évolution d'une communauté par rapport à la montée de l'épidémie. Sans didactisme, sans schématisme, ce film apporte un témoignage vivant sur cette période, et construit une fiction vraisemblable, attrayante, avec des personnages qui ne sont pas seulement des archétypes. Avoir su doser habilement l'aspect humain (la diversité des attitudes, le bouleversement des existences, le réseau des sentiments, etc.) et le regard historique est sans doute la meilleure réussite de "Un compagnon…"

Ce film bouleverse les certitudes trop faciles sur les gays, sur leurs modes de vie, sur leur rapport à la maladie : ici, pas d'érotisme hard, pas de frénésie noctambule, de sexualité hystérique. Le cliché du "groupe à risque" est sérieusement ébranlé.

Les thèmes de l'identité homosexuelle par rapport à la famille, du sida face aux parents ou aux proches, sont totalement écartés. En faisant ce choix, le réalisateur s’est démarqué de l'approche habituelle de l'homosexualité, qui focalise souvent les relations sur la recherche d'une reconnaissance vis-à-vis des "straights". Moyen original de montrer des adultes, des jeunes gens qui s'assument - tant bien que mal - (il y a un personnage de comédien qui a peur pour sa carrière), en tout cas intégrés à la société et qui, tout à coup, se trouvent confrontés à un drame personnel et à une tragédie collective.

Un film optimiste, en somme.

Que penser de la scène finale qui rassemble tous ces "compagnons de longue date", morts et vivants, dans des retrouvailles oniriques ? Norman René a-t-il voulu montrer une résurrection ? Ou simplement célébrer le courage d'une communauté ?  "

Portrait de sonia

toujours dans le même ordre des spéculations sur les origines du sida (n'oublions pas que cette ignorance fait les choux gras de charlatans qui proposent la guerison à base de plantes, surtout en Afrique) il y a cette découverte du chainon maillon que pamelos a évoqué dans son blog Retour vers le futur, notre ami et cousin le singe Accueil InfoTraitements Ce que j’en pense SIDA : découverte d’un "chaînon manquant" du VIH chez le chimpanzé publié le 24 juillet 2009 • par ACTIONS TRAITEMENTS SIDA : découverte d’un "chaînon manquant" du VIH chez le chimpanzé De Seth Borenstein (CP) WASHINGTON — Des chercheurs pensent avoir trouvé un "chaînon manquant" dans l’évolution du VIH, le virus du SIDA : il s’agit d’un germe infectieux très proche, qui entraîne une forte mortalité chez les chimpanzés contaminés vivant dans la nature, selon une étude publiée jeudi dans la revue "Nature". Les chimpanzés sont les premiers primates en dehors de l’homme qui comptent un nombre significatif d’individus tombant malades à l’état sauvage à cause de ce virus. Le chimpanzé est le parent le plus proche de l’homme chez les primates et la découverte de cette maladie pourrait aider les médecins à mettre au point de meilleurs traitements ou un vaccin anti-SIDA pour les humains, selon les experts. La version du virus du SIDA chez le chimpanzé s’appelle le virus de l’immunodéficience simienne (VIS), mais la plupart des espèces de singes qui en sont porteurs ne présentent ni symptôme ni maladie. "Si nous pouvions trouver pourquoi ces singes ne tombent pas malades nous pourrions peut-être en tirer des enseignements pour l’homme", http://www.actions-traitements.org/spip.php?article2924

Portrait de Kaaphar

salut Nathan (t'as pas eu trop chaud ?)

Le film dont tu parles "Longtime companion" (qui nous a aussi valu un nom de rubrique icitte) c'est plutôt le genre "drame psy".

Moi je parlais de "zero patience" un film musical des années 90 (sais plus la date) plutôt "enlevé" et prenant le truc par l'humour !

C'est le premier film que moi j'ai vu qui mélangeait humour et sida... à l'époque ; mais pour autant qu'il m'en souvienne ce n'est pas non plus un chef d'oeuvre cinématographique

voilà ce que j'ai trouvé :

http://www.twenga.fr/dvd/zero-patience_22174.html

et pour le guppy qui trouve que je manque de "poésie" :

inscrit depuis plus d'un an à seronet nous attendons toujours de pouvoir goûter ton art rhétorique et ta maitrise sémantique. J'aurais pu aussi évoquer les synonymes et métaphores plus ou moins lyriques autour du mot "enculer" qu'évoque Jean-Claude Carrière dans "les mots et la choses", mais je ne retrouve pas le bouquin... et j'ai autre chose à foutre !!

bises aux séronautes qui servent le site

Kaaphar

Portrait de nathan

En effet, il fait très très chaud ici : des pointes à 45 °. Personne dans les rues ni à la plage ni à la piscine. Personne nulle part... Les gens restent chez eux comme s'il y avait une tempête de neige...

Zero patience, je l'avais cité aussi plus haut. Ok je l'ai vu aussi. En effet, Longtime companion est un peu mièvre par moments et la fin, bof à mon goût. Zero patience est plus "distancié" donc il favorise davantage la réflexion que l'identification un peu trop forcée qu'implique Longtime companion et les pleurs qui vont avec..

Moi je ne trouve pas que tu manques de poésie et pis "ceusse" qui n'apprécient pas ta poésie sont pas obligés de lire non plus. Ils peuvent aller à la playa...

Portrait de guppy

Oh moi je ne viens sur le site que pour le sexe.
Portrait de nathan

... pour parfaire tes compétences en lecture...
Portrait de rudy84

Quand l'argent parle, la vérité se tait, plutôt quand l'argent gouverne, la science se prosterne! Le chef de la propagande sous un régime tristement connu disait " répété un mensonge 1000 fois, cela reste du mensonge, répété le 10 000 fois vous construisez un dogme"! Les faits sont là: 25 ans de recherche, des milliards captés par les industries médicales et pharmaceutiques, et peu de progrès proportionnellement aux moyens importants misent en oeuvre. Donc, on peut sincèrement se poser des questions pertinentes, rechercher d'autres pistes de recherche que le dogme supprême ébranlé de Montagné et ceux qui veulent s'autoproclamer comme "les gardiens du temple". Au moins certains scientifiques osent entrer en dissidence de la pensée unique, remettre en cause un postulat de départ. Il est même démontré que les tests de dépistage ne seraient pas fiables. On peut être en plus déclaré positif dans un pays et pas dans un autre! Continuer à donner de l'AZT alors qu'il est reconnu très toxique! Sans être "diaboliser" je crois qu'il est légitime et nécessaire d'interroger la pensée érigée en dogme, l'esprit scientifique ne doit pas échapper à cette analyse, même si il est dans l'intérêt des labos de vendre une vie médiaclisée!
Portrait de frabro

Les gens soignés correctement ne meurent plus, les enfants de mères soignées ne naissent plus séropositif, l'espérance de vie dans les pays ou les traitements sont accessibles est quasiment la même que pour les séronégatifs, les nouvelles molécules ont moins d'effets secondaires... Aucun progrès je vous dit ! D'ailleurs tous nos amis morts du sida sont morts d'un mythe inventé pour engraisser les labos c'est bien connu. Enfin, il vaut mieux écrire ça que des conneries hein !
Portrait de nathan

Portrait de RedBlood