Le Sovaldi et les nouveaux traitements anti-VHC : coût, efficacité, accès

8 Septembre 2015
9 858 lectures
Notez l'article : 
4
 
0

L'arrivée des AAD (antiviraux à action directe) en 2014 symbolisée par le Solvadi (sofosbuvir) et son prix exécrable a bouleversé en quelques mois la prise en charge de l'hépatite C et multiplié les combinaisons possibles de traitement. Rapidement d'autres molécules ont suivi : Harvoni (sofosbuvir + ledispavir), Daklinza (daclatasvir), Viekirax (ombitasvir + paritaprevir/ritonavir), Exviera (dasabuvir) et Olysio (siméprévir). Ces antiviraux à action directe sont beaucoup mieux tolérés, pris sur des temps de cure beaucoup plus courts (de 8 à 12 semaines contre des anciens traitements qui pouvaient aller jusqu'à 18 mois) avec des taux d'efficacité dépassant souvent 90 % et ciblant, pour certaines molécules, plusieurs génotypes. Cependant leur prix reste très élevé, en dépit des bras de fer qui ont eu lieu avec les autorités de santé en France et en Europe. Médecin du monde a même déposé une opposition au brevet de Gilead sur le sofosbuvir, auprès de l’Office européen des brevets. Si, selon le rapport annuel de la caisse nationale d'Assurance maladie, 11 600 personnes ont été soignées avec des AAD en France en 2014, le coût prohibitif de ces nouvelles molécules n'est pas sans conséquence pour l'accès aux soins des personnes atteintes par une hépatite C qui doivent passer sous les fourches caudines des réunions de concertation pluridisciplinaire. Avez-vous été confronté-e-s à des difficultés d'accès à ces nouveaux traitements ? Vous avez été traité-e-s par des AAD, comment s'est passé votre traitement ? Les AAD sous toutes les coutures, c'est le thème du chat du mardi 8 septembre. Ernesto vous attend nombreux entre 21h à 22h dans le salon thématique.

Commentaires

Portrait de lipote

 pendant 3 mois j' ai pris tout les matin à heures régulieres, un cachet (harvoni) et  3 autres  ( ribavarine) et le soir  3 ribavarines. Aucun effets indésirables (  excepté un peu d'insommnie).  Je suis entre f2 et f3, bref,  aprés l' arret du traitement, j' etais  assez fatigué, je dois passer un fibroscan au mois d'octobre, sachant pertinament que même guéri, mon foie mettra le temps voulu pour se regénerer, pour la guérisson,  les infos données par le service d' hépathologie( Haut l'éveque, Pessac, Gironde) il faut compter 6 mois, voire plus,  car la surveillance dure plus d' un an aprés le tratement.Enfin pour conclure moi qui est connu l' interferon, je peux affirmer que le nouveau traitement est trés supportable, c'est le jour et la nuit avec les précédents.

Portrait de ernesto-seronet

2ème chat thématique de la rentrée, abordant le Sovaldi et les nouveaux traitements contre le virus de l'hépatite C. Les séronautes sont de retour, nous étions un peu plus nombreux que la semaine dernière (mais encore moins que la semaine prochaine). Les témoignages ont surtout concerné les anciens traitements, d'un passé que tout le monde souhaite révolu, et nous ont permis de faire le point : trithérapies ou bithérapies (à base d'interferon/Pegasys, avec ribavirine/Copegus, et boceprevir/Victrelis par exemple), qui pour tous ont été éprouvants : on peut rester non-répondant aux traitements ; et selon le génotype les choix se restreignent.  C'est quelques fois au bout du 5ème traitement que le VHC est contrôlé et que la fibrose passe du stade F4 au stade F2, ou alors malgré l'échec du traitement on voit le VHC "s'endormir" sans affecter la vie quotidienne ; participer à une cohorte (comme HEPAVIH) permet alors, au-delà des bilans, fibroscan, fibrotest, échographie, d'avoir une attention et une écoute précieuse. Et se posent alors les possibles problèmes de cohabitation : pour ne pas exposer le foie à un cancer, c'est tous les alcools forts qu'il faut bannir ("l'alcool, c'est comme le mistral sur un incendie"), mais on s'autorise une coupette de temps en temps tout de même ... Autre colocataire gênant, le VIH  : avec les anciens traitements pour un des témoignages c'est la nécessité de suspendre les ARV pendant 2 ans, quand pour l'autre c'est actuellement la compatibilité du sofosbubir/Solvadi avec les ARV et par exemple l'etravirine/Intelence qui peut comme préalable obliger à passer au Triumeq (le dolutégravir/Tivicay remplace alors l'Intelence). Aujourd'hui, tant que les prix restent très élévés, dans les recommandations  pour les nouveaux traitements AAD (Antiviraux à Action Directe), comme le sofosbuvir/Sovaldi, ce sont des critères comme la co-infection VIH-VHC, les stades de fibrose, qui constituent les cas prioritaires d'accès et de mise sous traitement AAD.  Reste la question de l'évolution de l'hépatite et du suivi après ces traitements rapides. Mais les perspectives de temps de traitement réduits (12 semaines, ou moins) font heureusement oublier les 18 mois autrefois nécessaires, accompagnés d'injection d'EPO, de transfusions ... Et beaucoup ne comprennent pas pourquoi il faut aujourd'hui attendre d'être "fibrosé", pourquoi l'accès n'est pas donné, comme pour les ARV, le plus tôt possible.

Et un lien proposé par un "chatteur"

La semaine prochaine, avec Arthur Rimbaud, nous explorerons la couleur d'autres lettres de l'alphabet : A noir, E blanc …

Portrait de tong.nat

Chat très bien animé ,le compte rendu est clair et informe avec justesse de la situation actuelle, bien que non infecté par le VHC, mon infectiologue me prescrit lors des analyses annuelle une recherche par sécurité .

Si l'alcool est comme le mistral sur un incendie !! je réponds , c'est "plus belle la vie"