Les acquis de la lutte contre le VIH

31 Juillet 2021
1 130 lectures
Notez l'article : 
0
 

Comme il le fait régulièrement, le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) a rendu public mercredi 7 juillet un avis suivi de préconisations intitulé « La lutte contre le VIH/sida : une démarche, des savoirs et des pratiques pour servir aux enjeux du présent ». Le document de 19 pages est le fruit du travail des membres de la commission « Risques, VIH et nouvelles épidémies » composé d’experts-es de la lutte contre le VIH parmi lesquels-les Philippe Artières, Hugues Fischer, Christine Rouzioux, Marie Suzan-Monti ou encore Patrick Yeni. « Le CNS a souhaité engager une réflexion sur les acquis de la lutte contre le VIH/sida et leur utilité éventuelle en réponse à la crise épidémique présente et aux épidémies à venir », précise le communiqué de presse qui accompagne la sortie du document. En préambule, le rapport explique que « l’auto-saisine du CNS est née d’un triple constat établi pendant la crise sanitaire : le faible recours à l’expérience de la lutte contre le VIH/sida pour répondre aux questions posées, le déficit de sollicitation par les pouvoirs publics de ses instances de conseil, en particulier la Conférence nationale de santé, l’inquiétude suscitée par certaines réponses données, du point de vue de la santé et des libertés publiques ». Dans une première partie, le CNS cherche à démontrer l’importance de l’expérience de la lutte contre le VIH qui « repose sur des savoirs et des pratiques, promus par un ensemble d’acteurs – chercheurs, soignants, personnes vivant avec le VIH et/ou militants – qui ont prouvé leur efficacité. Cet inventaire montre qu’une démarche éthique, attentive aux principes de respect de la dignité et de l’autonomie des personnes et d’équité dans l’accès aux droits et à la santé à l’échelle nationale et internationale, s’est imposée tout au long de quarante années de mobilisation », affirme le CNS. Dans la seconde partie du rapport, le CNS émet trois préconisations en regard des enjeux actuels liés à la pandémie mondiale de Covid- 19 : renforcer les droits des personnes, en particulier les plus vulnérables et les personnes en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux ; mettre en place une approche globale fondée sur une stratégie ambitieuse de santé publique, notamment dans les domaines de l’information, de la prévention et de l’éducation à la santé ; soutenir les mobilisations collectives pour promouvoir la démocratie en santé, défendre la recherche et amplifier la réponse internationale. Sans le nommer frontalement, ce rapport est donc une critique à peine voilée de la gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19 par les pouvoirs publics et le peu de considération de nos dirigeants-es pour les instances de démocratie sanitaire et l’implication de la société civile.