Les députés s'attaquent à la TTF

3 Novembre 2017
716 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les députés ont supprimé (20 octobre), au grand dam des organisations non gouvernementales, l'extension de la taxe sur les transactions financières aux opérations infra-journalières, qui devait entrer en vigueur au 1er janvier 2018, au motif notamment d'attirer les banques qui cherchent à quitter Londres à cause du Brexit. "Si la TTF fonctionne bien, avec un rendement de 947 millions d'euros, la taxe infraday ne fonctionnera pas car il y a des difficultés techniques et nous serions le seul pays européen à l'appliquer au moment où nous sommes en train de faire revenir des emplois (de la finance) à Paris", a justifié le ministre des Finances Bruno Le Maire lors du débat sur le projet de budget 2018. En 2017, l'Assemblée avait à la fois augmenté cette taxe de 0,2 % à 0,3 % et décidé de son extension aux transactions intrajournalières (intraday), mais seulement à partir de 2018. Les ONG comptaient sur cette extension de la TTF, dont la moitié est affectée à l'aide au développement, pour que l'aide de la France passe à 0,55 % du PIB en 2022, contre 0,38 aujourd'hui, comme s'y est engagé Emmanuel Macron durant sa campagne. Depuis des années, une taxe européenne est négociée entre dix pays de l'Union Européenne. Mais ce projet européen est au point mort. Dans son discours sur l'Europe à la Sorbonne fin septembre, Emmanuel Macron a de nouveau proposé de créer au niveau européen "une taxe sur les transactions financières", qui serait "affectée intégralement" à l'aide au développement. Nous n’y sommes pas encore.