Les Egus contre les anathèmes

12 Novembre 2021
954 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les Egus (États généraux des usagers de substances licites et illicites) sont un événement militant qui entend donner la parole aux personnes concernées. Co-organisée par les associations Asud et Oppelia, la douzième édition de cet événement se déroulera jeudi 18 novembre 2021 de 9 heures à 17 heures. À l’heure où l’actualité bruisse d’anathèmes sur « les crackers du Nord Est parisien » ou sur « les vendeurs de drogues de Marseille », les deux structures ont décidé d’organiser une « prise de parole commune pour dénoncer le traitement médiatique et social réservé aux premiers concernés : les consommateurs de substances illicites » Pour Asud, l’engagement est de « rappeler que la justice n’est pas toujours du côté de la loi qui réprime ou de la société qui condamne, et de revendiquer la pleine citoyenneté des usagers de drogues ». Et l’association d’auto-support d’expliquer : « La haine de ceux que l’on ne comprend pas, que l’on perçoit comme différents est à l’origine de nombreux crimes dans l’histoire. La haine et la discrimination de ceux qui consomment des substances peuvent être qualifiées par un néologisme : la toxicophobie ». De leur côté, les équipes de soins et de réduction des risques d’Oppelia veulent témoigner des dommages que provoquent la stigmatisation et l’exclusion sociale des personnes usagères. Ils-elles souhaitent montrer que « tout ce qui contribue à la socialisation des usages de drogues, à la reconnaissance de la pleine humanité des usagers et à leur inclusion sociale favorise la régulation des drogues, la santé et le bien-être de tous (…) Il y a 40 ans l’épidémie de sida a durement rappelé qu’en matière de drogues les bonnes intentions sont toujours un enfer quand elles font abstraction du plus élémentaire des droits humains : la liberté de choix ». Pour les organisateurs-rices, ce sont d’autres enjeux qui amènent aujourd’hui « notre société à rejeter violemment certains-es consommateurs-trices ». « Nous avons l’occasion de montrer lors de ces Egus que la discrimination la plus perfide est celle qui se travestit en vertu morale ou en soin médical ». Egus12, jeudi 18 novembre 2021 de 9 heures à 17 heures, au centre Louis Lumière dans le 20e arrondissement de Paris. Métro porte de Bagnolet (ligne 3). Inscription gratuite en ligne ; places limitées ; pass sanitaire demandé ; déjeuner libre de 13 heures à 14 heures.