Les Français-es inquiets-es pour la santé

14 Octobre 2020
366 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le sondage trimestriel de l’Observatoire de la santé réalisé par Odoxa et MNH pour Le Figaro et Franceinfo, dresse un tableau très sombre de la perception de la reprise de l’épidémie de Covid-19 en France. Comme l’explique Le Figaro (5 octobre) : plus de trois quarts des Français-es se disent inquiets-es de la situation sanitaire globale du pays (77 %) ainsi que de la santé de leurs proches (74 %). Ils-elles sont en revanche moins nombreux-ses à craindre pour leur propre santé (57 %). Le moral n’est pas au beau fixe chez les personnels hospitaliers, dont 84 % s’inquiètent de la situation sanitaire. « Sans surprise, les étudiants-es, moins à risques de développer des formes graves, sont moins nombreux-ses que les autres catégories à s’inquiéter pour leur propre santé (43 %) », indique le quotidien. Le précédent sondage, réalisé en avril en plein confinement, montrait que les Français-es font presque unanimement confiance aux acteurs-rices de la santé : 92 % pour les médecins et 96 % pour les infirmiers et infirmières. La cote de confiance du ministère de la Santé est, en revanche, bien plus basse (46 %), même si elle remonte de 10 points depuis le mois d’avril. Seuls 33 % du personnel hospitalier déclare faire confiance à son ministère de tutelle. Reste que la confiance envers les soignants-es ne porte pas sur le système de santé dans son ensemble, puisque que les Français-es ont le sentiment que le système de santé est au bord de la rupture, même si 83 % d’entre eux estiment que le système hospitalier s’en est bien sorti face à la crise sanitaire. Ainsi, « alors que pour deux Français sur trois (63 %), l’avenir des établissements de santé constitue un enjeu de société majeur pour l’avenir, huit Français sur dix et neuf soignants sur dix ont le sentiment que l’hôpital public français est en danger et estiment que la qualité des soins qu’ils fournissent va se détériorer à l’avenir », remarque Gaël Sliman, président de l’institut Odoxa. « Un constat qui se traduit par le fait que 82 % des sondés-es pensent que les moyens humains, financiers et matériels dont disposent actuellement les hôpitaux publics sont insuffisants », note Le Figaro.

Enquête Odoxa réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet du 16 au 21 septembre 2020 et d'un échantillon de professionnels de santé interrogés par Internet du 11 au 25 septembre 2020.