Les Français-es soutiennent les soignants-es

21 Décembre 2019
701 lectures
Notez l'article : 
0
 

La troisième édition de l’Observatoire sociétal Viavoice-FHP fait apparaître une confiance des Français-es envers les acteurs-rices de santé, professionnels-les comme établissements, encore en augmentation par rapport à l’édition 2018. Dans le contexte sociétal de défiance généralisée que l’on connaît actuellement, les acteurs-rices de santé occupent les premières places de la confiance, vus-es comme étant des « protecteurs-rices », défenseurs-ses de l’intérêt général. La cote de confiance se révèle particulièrement élevée pour les professionnels-les de santé (91 %), les hôpitaux et cliniques privés (83 %) et les hôpitaux publics (82 %). Reste que 73 % des Français-es se déclarent néanmoins « pessimistes » sur l’évolution du système de santé, et 62 % sont plutôt pessimistes sur la manière dont ils seront soignés à l’avenir. Trois raisons principales expliquent ce pessimisme selon cette étude : le constat que les professionnels-les de santé sont en souffrance (61 %), la persistance des « déserts médicaux » (59 %), et l’insuffisance des moyens financiers alloués au système de santé (57 %). Alors quelles solutions ? Les Français-es considèrent en priorité, à 88 %, que les pouvoirs publics doivent « davantage soutenir les professionnels et les établissements de santé de tous statuts ». Ils accordent beaucoup d’importance à la notion de proximité, et estiment qu’il faut donner davantage de « liberté d’action et d’initiative » à celles et ceux qui soignent sur le terrain (85 %). Donnée intéressante : 69 % des Français-es disent qu’ils-elles accorderont une importance particulière aux propositions des candidats-es aux élections municipales en matière de santé.

Étude d’opinion réalisée par Viavoice pour la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP), en ligne, du 19 au 25 septembre 2019, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité est assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession, région et catégorie d’agglomération.