Les médecins rémunérés selon la "pertinence" des arrêts de travail ?

5 Mai 2016
876 lectures
Notez l'article : 
0
 

L'Assurance maladie veut favoriser la "pertinence" des prescriptions d'arrêt de travail en incluant de nouveaux critères dans la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp) des médecins. La Rosp est une sorte de prime octroyée aux médecins pour améliorer leurs pratiques. Les syndicats de médecins avaient rendez-vous le 28 avril au siège de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) pour une nouvelle séance de négociation sur la Convention médicale. Ce texte régit, pour cinq ans, les relations entre les praticiens libéraux et la Sécurité sociale et fixe leurs honoraires. Dans un document élaboré en amont de la discussion et consacré à la Rosp, l'Assurance maladie propose d'introduire de nouveaux indicateurs permettant la rémunération des médecins atteignant certains objectifs en matière de prescription de médicaments (des génériques par exemple) ou de dépistages (cancers du sein, hépatites, etc.), d'organisation de leur cabinet ou encore de prévention. Parmi eux, des indicateurs relatifs à la pertinence des prescriptions d'arrêt de travail (indemnités journalières) au regard des préconisations existantes et faites par la Haute autorité de santé. Les médecins sont, par exemple, invités à prescrire cinq jours d'arrêt de travail pour une grippe saisonnière, trois pour une angine, etc. les syndicats de médecins, vu les premières réactions, semblent hostiles à la proposition.