Les nouveaux boosters

11 Février 2009
820 lectures
Notez l'article : 
0
 
croi2009_v.jpg

Vroum vroum, ça bouge côté "booster" à la CROI 2009. Pour l'instant, nous ne disposons que du ritonavir (Norvir) qui est actuellement le seul antirétroviral utilisé en tant que booster pour potentialiser l’effet des autres antiprotéases. Il a cependant l’inconvénient de perturber la distribution des graisses dans le corps (lipodystrophies) et de provoquer des troubles métaboliques en augmentant le taux de sucre et de lipides dans le sang. Ce monopole serait-il enfin sur le point de se terminer ? Deux nouveaux concurrents sérieux du Norvir ont été présentés à la CROI : le GS 9350 et le SPI-452. Le GS 9350 pouvant également booster une anti-intégrase en développement (elvitegravir).

Selon les données des essais préliminaires, le GS-9350 développé par Gilead Science aurait un effet booster identique à celui du ritonavir, avec une absence d’activité anti-VIH, et moins de risques de provoquer des perturbations métaboliques.  Deux essais plus importants annoncés pour le deuxième trimestre 2009, vont comparer, pour le premier, l’effet booster du GS-9350 à celui du ritonavir, en association avec l’antiprotéase atazanavir (Réyataz). Des discussions sont en cours pour le tester avec d’autres antiprotéases. Le second essai évaluera l’efficacité d’une combinaison du GS-9350, utilisé pour booster l’elvitegravir, avec du ténofovir et de l’emtricitabine ; en la comparant à Atripla (éfavirenz + ténofovir + emtricitabine).

Quant au SPI-452, su laboratoire Sequoia Pharmaceuticals, il a également montré son efficacité en booster de certaines antiprotéases (atazanavir, darunavir, saquinavir). D’après les premières données, restant à confirmer, il serait également bien toléré et ne donnerait pas de perturbations métaboliques.

Les deux molécules pourraient également être utilisées afin de booster des médicaments utilisés dans d’autres pathologies, comme l’hépatite C.