Les pays ACP homophobes font des leurs

14 Juin 2012
811 lectures
Notez l'article : 
0
 
drapeau_gay.png

Le groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) a annulé à la dernière minute (1er juin) sa participation officielle à une conférence organisée par la Commission européenne à cause de l'inscription de la lutte contre l'homophobie à l'ordre du jour, indique l’AFP. L'événement était initialement annoncé comme "organisé par la Commission européenne, avec les pays ACP et le Parlement européen", et un point de presse était prévu avec des représentants des trois institutions : le commissaire chargé de l'aide au développement Andris Piebalgs, l'eurodéputé travailliste britannique Michael Cashman et Alva Baptiste, le ministre des Affaires étrangères de Sainte-Lucie, actuel président du groupe des Etats ACP. Ce dernier a finalement fait faux bond, et Michael Cashman a précisé que les pays ACP l'avaient informé au début de la conférence "qu'ils ne participeraient pas officiellement à la conférence au motif que l'orientation sexuelle était à l'agenda". De fait, quelque 49 des 79 pays membres du groupe ACP, qui regroupe principalement les anciennes colonies européennes devenues indépendantes, criminalisent encore aujourd'hui l'homosexualité, a relevé Michael Cashman. Evidemment, dans ce cas là, hélas, ces pays homophobes n’ont aucune raison de vouloir parler des droits LGBT. Il n’en reste pas moins que le commissaire européen Andris Piebalgs a annoncé le déblocage d'une aide de 20 millions d'euros à destination des ONG et de la société civile [les groupes minoritaires, ndlr] pour aider à la lutte contre "toute sorte de discriminations" qui affecte "des millions de personnes dans le monde".