Les reins (encore)

10 Février 2009
576 lectures
Notez l'article : 
0
 
croi2009_v.jpg

L’infection par le VIH a souvent été associée à une dégradation accélérée de la fonction des reins, à cause du déficit immunitaire, de la toxicité des antirétroviraux ou de la multiplication du virus lui-même. Une étude américaine, présentée lors de la CROI 2009, a essayé de mieux identifier le rôle de ces facteurs dans l’atteinte rénale en comparant des groupes de personnes séropositives différents selon le taux de multiplication virale et le fait qu’ils soient traités ou pas. Cette cohorte (SCOPE) a concerné plus de 600 personnes et a montré un taux plus élevé de dysfonctionnement rénal chez les personnes non traitées chez qui la multiplication virale continue. Par ailleurs, même si le traitement antirétroviral semble plutôt protecteur, la détérioration de la fonction du rein continue avec l’âge chez les personnes traitées, qui serait du à des élévations ponctuelles et transitoires de la charge virale.