Les SCMR ouvertes aux inhalations

7 Septembre 2019
254 lectures
Notez l'article : 
0
 

La consommation de crack est devenue depuis quelques années un sujet de santé majeur (et politique) à Paris ; les solutions de réductions des risques sont limitées concernant cette consommation. L'inhalation est notamment exclue des actuelles et rares salles de consommation à moindres risques, comme le rappelle un article récent du Groupement romand d’études des addictions (Grea). Mais tout va changer puisque le principe de consommation par inhalation a été retenu par la ministre de la santé Agnès Buzyn dans le cadre d’un plan stratégique de lutte contre le crack. Les locaux de consommation à moindre risque pourront donc être ouverts aux personnes consommatrices inhalant des substances. Pour l'instant, faute de moyen, seul le local de Strasbourg (la salle Argos) est en mesure de s'adapter afin d'accueillir les personnes inhalant des substances. Des solutions sont à l’étude depuis mai dernier pour Paris pour « offrir des prestations de réduction des risques adaptées dans des délais réduits dans la capitale ».