Les suisses traités utiliseraient moins le préso

18 Novembre 2010
1 104 lectures
Notez l'article : 
0
 
rapport.png

Depuis la Déclaration du professeur Bernard Hirschel (janvier 2008), qui expliquait qu'une personne sous traitement anti-VIH efficace ne risque quasiment pas de transmettre le virus, les Suisses séropositifs utiliseraient de moins en moins le préservatif avec leur partenaire régulier. Ce constat, rendu public dans le dernier numéro du journal Clinical Infectious Diseases (1er décembre 2010), est la conclusion d'une étude menée sur 7 309 personnes séropositives de tous genres (hétéros, gays et usagers de drogues), entre 2007 et 2009. Parmi ces 7 309 personnes, 80 % étaient sous traitement anti-VIH et 82 % présentaient une charge virale indétectable. Pour les initiateurs de cette étude, les hommes séropositifs gays et les femmes séropositives hétérosexuelles utilisaient déjà de moins en moins le préservatif avant 2008 mais la Déclaration suisse aurait accentué cette tendance, et ce chez tous les participants de l'étude présentant une charge virale indétectable. Parce qu'ils considèrent que les "recommandations complexes" du rapport Hirschel ne peuvent pas être comprises par toutes les personnes, et parce qu'ils estiment qu'un risque de transmission persiste sous traitement anti-VIH efficace, les initiateurs de cette étude préconisent, entre autres, un accompagnement personnalisé des couples sérodifférents.

Commentaires

Portrait de maya

ce serait le contraire qui serait étonnant, (sauf si on est présophyle)

et sur le temps on peut supposer qu'il n'y aura pas plus de contas, c'est ce genre de résultats qu’il serait intéressant de lire ? Bizzbzzz