Lettre ouverte du TRT-5 à la Cnam

15 Mai 2022
270 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans une lettre ouverte adressée à la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie (CNAM) le 3 mai dernier, le TRT-5 CHV demande le retrait du nouveau dispositif de lutte contre la fraude de médicaments onéreux. Ce dispositif prévoit une vérification systématique et obligatoire préalable à la dispensation de tout traitement dont le prix de vente est supérieur à 300 euros. « Il reviendra au-à la pharmacien-ne de vérifier l’authenticité de l’ordonnance à partir des informations en sa possession (dossier pharmaceutique) ou bien en contactant le-la médecin prescripteur-trice. L’impossibilité de réaliser cette vérification donnera lieu à une non-dispensation ou à une dispensation de secours, à l’unité ou au détail, que l’ensemble des pharmaciens-nes ne pourront garantir » alerte le TRT-5 CHV. « Les personnes vivant avec le VIH et/ou une hépatite virale, dont les prescriptions seront particulièrement concernées par cette mesure, tout comme l’ensemble des usagers-ères du système de santé, n’ont pas à subir les conséquences de la lutte contre la fraude et le trafic de médicaments » estime le TRT-5 CHV. « Les personnes vivant avec le VIH et des hépatites virales seront directement impactées et verront se renforcer la stigmatisation qu’elles subissent au quotidien et dans leurs parcours de santé (…). En cela, le dispositif retenu risque d’éloigner durablement du système de santé les personnes les plus vulnérables et de compromettre le lien de confiance établi entre le-la pharmacien-ne et l’usager-ère. C’est un non-sens en santé publique » déplore le TRT-5 CHV. Et le collectif de conclure : « Nous demandons le retrait de toute urgence du dispositif de lutte contre la fraude et le trafic de médicaments introduit par la convention du 9 mars et demandons une rencontre dans les plus brefs délais sur le sujet ».