Lever les restrictions aux IVG

23 Mars 2022
910 lectures
Notez l'article : 
0
 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé mercredi 9 mars à faciliter autant que possible l'accès des femmes à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), estimant que les restrictions ne réduisent pas le nombre d'avortements mais qu’elles en augmentent les risques, explique l’AFP. « Nous recommandons que les femmes et les jeunes filles puissent accéder à l'avortement et aux services de planning familial quand elles en ont besoin », a déclaré Craig Lissner, un cadre de l'OMS, dans un communiqué. L'agence onusienne s'exprime alors qu'elle a révisé l'ensemble de ses recommandations sanitaires quant aux procédures d'avortement et à ce qui les entoure : conseils, suivi, etc. Si ces recommandations sont larges et comprennent désormais, par exemple, une incitation à développer les téléconsultations d'orientation, elles sont surtout l'occasion pour l'OMS de plaider pour de moindres restrictions à l'avortement. De nombreux pays limitent drastiquement le droit à l'avortement, le réservant à des situations où la santé de la mère est en danger. Quelques-uns, comme le Salvador, l'interdisent même intégralement. L’agence explique que les restrictions ne s'accompagnent pas d'une baisse du nombre d'avortements, comme l’expliquait une étude publiée en 2020 dans le Lancet Global Health. Au contraire, « les restrictions vont surtout pousser les femmes et les jeunes filles à recourir à des interventions risquées », prévient l'OMS. En recourant à des avortements illégaux, les femmes prennent donc des risques pour leur santé, alors que les IVG réalisées selon les règles sont extrêmement sûres, selon l'OMS.