L'homophobie rayée des casiers judiciaires

18 Février 2017
1 568 lectures
Notez l'article : 
0
 

La Nouvelle-Zélande va bientôt permettre aux homosexuels condamnés en vertu de lois anciennes de rayer ces condamnations de leur casier judiciaire, a annoncé le 9 février dernier la ministre de la Justice en présentant ses excuses aux personnes concernées. Si l'homosexualité a été dépénalisée en Nouvelle-Zélande en 1986, les condamnations des personnes reconnues coupables auparavant sont toujours inscrites à leur casier judiciaire. Les autorités judiciaires et forces de police peuvent toujours les voir lorsqu'elles vérifient le passé judiciaire des personnes, explique l’AFP. Dans certains cas, les employeurs exigent de consulter le casier judiciaire des candidats qui postulent à un emploi, a relevé la ministre de la Justice, Amy Adams. On imagine sans peine les conséquences du fonctionnement actuel. A partir de 2018, les gens pourront demander que ces condamnations soient rayées de leur casier. "Cela veut dire que les gens seront traités comme s'ils n'avaient jamais été reconnus coupables, et cela va effacer les préjugés et les stigmates qui peuvent perdurer autour de ces condamnations", a commenté la ministre. "Je reconnais la douleur subie par ces Néo-Zélandais et j'espère que cette décision contribuera à remédier à la situation", ajouté la ministre, avant de présenter ses excuses. "Nous sommes désolés pour ce que ces hommes et leur famille ont subi et pour les conséquences de ces condamnations". La Nouvelle-Zélande a interdit les discriminations envers les homosexuels en 1993 et légalisé le mariage des couples de même sexe en 2013.