Liban : les détenus au supplice

21 Juillet 2013
1 032 lectures
Notez l'article : 
0
 

La police libanaise torture des personnes vulnérables placées en garde à vue ou détenues, dont des personnes consommatrices de drogues, des travailleurs et travailleuses du sexe et des homosexuels, a accusé Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié mercredi 26 juin. "Les mauvais traitements sont monnaie courante dans les postes de police au Liban, mais la situation est encore pire pour certaines personnes comme les consommateurs de drogue ou les travailleurs du sexe", a déploré le directeur adjoint pour le Moyen Orient de HRW, Nadim Houry, cité par l’AFP. Pour réaliser ce rapport, l'organisation de défense des droits de l'Homme, basée à New York, a eu des entretiens avec plus de 50 personnes arrêtées ces cinq dernières années pour consommation de drogue, prostitution ou homosexualité, dont la plupart ont indiqué avoir subi différentes formes de torture et de mauvais traitements. Des personnes arrêtées ont indiqué avoir été privées de nourriture, d'eau ou de médicaments, ainsi que des appels téléphoniques familiaux réglementaires ou d'accès à un avocat. Des témoignages font état d'abus sexuels, y compris de viols. L’ONG a déploré que les mécanismes existants pour protéger les prisonniers se révèlent inefficaces. HRW a appelé le Liban à créer un organisme indépendant chargé d'inspecter les centres de détention, à réviser le code pénal pour mieux protéger les droits des détenus et à annuler les lois rendant criminels l'homosexualité, l'usage de drogue et la prostitution.