Licence pour vendre de la cocaïne

17 Mars 2023
800 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’entreprise canadienne de biotechnologies Sunshine Earth Labs a annoncé, début mars, avoir obtenu une licence de la part de l’agence fédérale de santé du Canada pour produire et vendre de la cocaïne, explique La Presse canadienne. L’accord de licence intervient après un changement radical des positions de l’État qui cherche à faire face à une grave crise d’overdoses aux opiacés ayant fait des milliers de morts. Et cela par la dépénalisation de la possession de petites quantités de cocaïne, d’héroïne et d’autres produits. Ottawa a accordé une dérogation au Code criminel, Code pénal canadien, en janvier à la province de Colombie-Britannique, pour un projet pilote de trois ans. L’objectif : lutter contre la stigmatisation associée à l’usage de stupéfiants qui empêche certaines personnes de demander de l’aide. Sunshine Earth Labs a déclaré avoir reçu la permission de Santé Canada pour « légalement posséder, produire, vendre, et distribuer de la feuille de coca et de la cocaïne », ainsi que de la morphine, de l’ecstasy, et de l’héroïne. Un accord de licence similaire avait été accordé en février dernier à une autre entreprise Adastra Labs, qui jusque-là ne fabriquait que des produits liés à des extraits de cannabis. La licence d’Adastra l’autorise également à produire de la psilocybine et de la psilocine, des hallucinogènes plus communément associés à des champignons dont la consommation produit des effets similaires au LSD. La Colombie-Britannique suit l’État américain de l’Oregon (nord-ouest) qui a dépénalisé les drogues « dites dures » en novembre 2020. La province canadienne est l’épicentre d’une crise qui a vu plus de 10 000 personnes mourir d’overdose depuis qu’une urgence de santé publique a été déclarée en 2016 — représentant environ six décès quotidiens, sur une population de quelque cinq millions de personnes.