Loi de bioéthique : pas avant l'été

2 Juin 2020
278 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le gouvernement voulait acter la troisième révision des lois de bioéthique avant l'été. La crise sanitaire de la Covid-19 étant passée par là, ce ne sera pas possible, comme l'explique le Quotidien du Médecin. Le président du groupe des députés-es LREM Gilles Le Gendre a jugé le 21 mai impossible l'adoption avant l'été de la loi de bioéthique, dont la mesure phare est l'accès à l'assistance médicale à la procréation (AMP ou PMA) à toutes les femmes. « Avant l’été, c’est impossible, pour deux raisons, a expliqué Gilles Le Gendre sur LCI, pour une raison de calendrier, nous n'avons plus beaucoup de temps et nous avons des textes importants très liés à la situation économique d'urgence, et par ailleurs les hémicycles, Sénat comme Assemblée, travaillent à effectif réduit pour respecter les règles sanitaires ». « Sur une loi aussi importante, que l'ensemble des forces politiques ne puissent pas être présentes dans l'hémicycle pose un vrai problème de principe », a-t-il jugé. « J'espère que nous pourrons adopter la PMA d'ici la fin du quinquennat », a-t-il conclu. Le ministre de la Santé s'est voulu plus rassurant : « La loi bioéthique porte de nombreuses, belles et réelles avancées sociétales. Le débat parlementaire n'est pas achevé, et si la priorité donnée à la crise sanitaire rend difficile son adoption avant l'été hélas, elle le sera dans les tout prochains mois ! », a tweeté Olivier Véran. Les propos de Gilles Le Gendre ont provoqué de vives réactions dans son propre camp. « Non seulement la loi de bioéthique porte la #PMA, enjeu de vie privée et familiale absolument fondamental pour de nombreuses personnes, mais au surplus elle cadre les rapports entre sciences et société. Comment imaginer reporter à date inconnue ce sujet brûlant d’actualité ? », s'est interrogée par exemple sur Twitter la députée LREM Coralie Dubost.