Loi de santé : ce qu’en pense la SFSP

10 Juillet 2014
1 156 lectures
Notez l'article : 
0
 

A l’instar d’autres acteurs de santé, la Société française de santé publique (SFSP) a donné (24 juin) son avis sur les orientations de la future loi de santé. C’est le 19 juin que la ministre des Affaires sociales et de la Santé a présenté les grandes orientations de cette loi qui doit être proposée au Parlement début 2015. Dans son communiqué, la SFSP juge que le projet comporte "plusieurs signaux positifs" comme le "parcours éducatif en santé" pour tous les enfants de la maternelle au lycée, "la reconnaissance de la politique de réduction des risques liés à l’usage de drogues", "l’accès aux tests rapides d’orientation diagnostique VIH et hépatites" ; et surtout, la "réaffirmation de la responsabilité de l’Etat en matière de prévention et le choix stratégique d’un rééquilibrage de la politique de santé du curatif vers le préventif". La SFSP attire néanmoins l’attention sur la précision nécessaire qui doit être apportée sur "les modalités concrètes de mise en œuvre de ces orientations". La SFSP avance ainsi que "Le nouveau comité interministériel pour la santé ne pourra inscrire des priorités de santé dans toutes les politiques que s'il dispose des résultats fournis par une recherche en santé publique renforcée et des données des études d’impact sur la santé des politiques publiques. Ce n’est qu’à cette condition qu’il sera en mesure d’expliquer publiquement ses arbitrages entre intérêts divergents". Autre point : la SFSP considère qu’il est "important que l'action des collectivités locales et le travail des associations au plus près des populations soient reconnus. Il existe encore des marges de progrès très importantes dans la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. Ces progrès nécessitent que soit déployée une politique de promotion de la santé dans tous les secteurs d’activité de la société, conçue non seulement pour, mais aussi avec l’ensemble des citoyens. Ceux-ci doivent être sollicités dans les choix à faire et les politiques à mettre en œuvre", réclame la SFSP. Cette dernière indique qu’elle restera vigilante "dans le processus d’élaboration de la loi et de ses textes d’application, tout au long du déploiement de la stratégie nationale de santé, comme dans leur traduction dans les prochaines lois de financement de la sécurité sociale".