L'Union fait la force

17 Juillet 2009
2 352 lectures
Notez l'article : 
0
 
union_russe_v.jpg

En gestation depuis 1998, ‘l’Union russe des personnes vivant avec le VIH’ a été enregistrée en mai dernier. L’Union a organisé sa première conférence un mois plus tard. Issus de cinquante régions russes, ses militants se sont organisés en districts, un système propice, selon eux, à la démocratie et plus respectueux d’une meilleure représentation de la population vivant au sein de la Fédération russe. « Nous, personnes vivant avec le VIH, unissons notre potentiel et nos efforts pour améliorer la qualité de vie de chaque individu affecté par le VIH en Russie, déclare Vladimir Mayanovsky, président du Conseil de coordination. (…) Nous sommes qualifiés et détenteurs de diverses connaissances et compétences pour devenir de vrais leaders dans la riposte de la société civile au VIH. » En témoignent, d'après l'ONUSIDA, divers programmes de prévention, constitution de groupes d’entraide, apport de soins palliatifs, campagnes de plaidoyer et de sensibilisation des populations exposées, présence dans le monde carcéral et suivi des anciens détenus. En témoignent également les antennes régionales que l’Union a mises en place à travers la Russie, comme celle installée dans l’enceinte de l’université du Daghestan (avec un cours spécial d’éducation sur la prévention), ou l’antenne de Khanty-Mansiysk, l’une des régions les plus touchée par l’épidémie de VIH. Là-bas, les militants de l’Union aident les personnes à accéder aux traitements antirétroviraux. Les actions de plaidoyer, elles, visent notamment la prise en charge des enfants infectés par le VIH, ou défendent le droit à l’adoption pour les séropositifs, ce que la loi russe interdit pour l’instant. La Dr Marina Semenchenko, qui dirige une équipe de l’ONUSIDA en Russie, s’enthousiasme du « puissant leadership » que ‘l’Union russe des personnes vivant avec le VIH’ est parvenue à conquérir : « Nous la considérons comme l’un de nos principaux partenaires de la société civile, pour le renforcement des ripostes au VIH au niveau national ».
Source : ONUSIDA