Maire basque homophobe : deux Collectifs réagissent

25 Juin 2013
947 lectures
Notez l'article : 
0
 

Deux collectifs d'associations, soutenus par des parlementaires socialistes, ont condamné (12 juin) le refus du maire d'Arcangues (Pyrénées-Atlantiques) de marier un couple d'homosexuels de sa commune, menaçant d'en appeler "aux autorités compétentes" si l'élu ne changeait pas d'avis. "Nous condamnons avec force le refus" de Jean-Michel Colo, maire (divers droite) depuis une trentaine d'années d'Arcangues, "de procéder au mariage de Guy et Jean-Michel, domiciliés dans sa commune", écrivent dans un communiqué le Collectif du Pays basque pour les libertés de choix et le Collectif Béarn pour l'Egalité des droits. Les deux collectifs, qui regroupent des organismes ou associations comme le Planning familial, AIDES, la Ligue des droits de l'homme Pau Béarn-Pays basque ou des partis comme le Parti Communiste, le NPA ou le Parti de gauche, témoignent "leur soutien aux victimes de cette discrimination (...) face à ce déni de démocratie". La loi votée le 23 avril 2013 "affirme l'égalité entre les couples, condamne la volonté de hiérarchiser les sexualités et de discriminer les individus (...) et s'impose à l'ensemble des citoyens, sur tout le territoire", rappellent les deux collectifs, soutenus par les sept parlementaires socialistes des Pyrénées-Atlantiques. "Monsieur le maire d'Arcangues et ses adjoints ont l'obligation de respecter la loi (...) S'ils persistent, nous demanderons aux autorités compétentes [préfet ou ministère de l’Intérieur] d'y mettre un terme (...) en appliquant les sanctions légales avec la plus grande fermeté", précisent-ils encore. Jean-Michel Colo a signifié début juin à la préfecture son intention de ne procéder à aucun mariage entre personnes du même sexe, jugeant la loi sur le mariage pour tous "illégitime". Il manquait un idiot utile au combat obsessionnel contre l’égalité des droits… c’est fait ! Guy et Jean-Michel, le couple qui a demandé, en vain, à Jean-Michel Colo de les marier, ont indiqué de leur côté qu'ils entendaient aller jusqu'au bout pour faire valoir leur droit au mariage dans leur commune.

Commentaires

Portrait de Muffin64

Le mot est inapproprié dans ce cas...homophobe et condamnable. Brassens disait autre chose. Vive la démocratie et les urnes en 2014. Dommage je n'habite pas a Arcangues ville dortoir huppée de l'UMP de Paris et de bordeaux. J'espère que quand ça pue certains sauront faire le ménage. Heureusement j'ai beaucoup de connaissances qui votent a droite et sont moins c...