Maladies infectieuses : un réseau mondial

29 Mai 2023
1 011 lectures
Notez l'article : 
0
 

Initiative. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé (19 mai) un réseau international de surveillance visant à détecter rapidement les menaces posées par les maladies infectieuses émergentes comme la Covid-19, et à partager les informations afin de prévenir les pandémies.  Le Réseau international de surveillance des pathogènes (International pathogen surveillance network ou IPSN) fournira une plateforme reliant les pays et régions et permettant d'améliorer les systèmes de collecte et d'analyse des échantillons, a indiqué l'OMS.  Ce réseau doit faciliter l'identification rapide et la traçabilité des maladies transmissibles, ainsi que le partage des informations et les mesures à prendre afin de prévenir des catastrophes sanitaires comme la pandémie de Covid-19.Il s'appuiera sur la génomique, qui consiste à procéder au séquençage du génome des virus, des bactéries et autres agents pathogènes et à étudier leur fonctionnement afin de déterminer leur contagiosité, leur dangerosité et leur mode de diffusion.Les données recueillies alimenteront un système de surveillance plus large destiné à repérer les maladies infectieuses afin d'intervenir pour empêcher leur diffusion et à développer des traitements et des vaccins. Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a qualifié ce nouveau dispositif « d’ambitieux », soulignant qu'il pourrait jouer « un rôle vital pour la sécurité dans le domaine de la santé ».  « Comme cela a été démontré d'une manière évidente au cours de la pandémie de Covid-19, le monde est plus fort lorsqu'il est uni pour combattre des menaces sanitaires communes », a-t-il déclaré. Ce nouveau réseau disposera d'un secrétariat au sein du centre de l'OMS « Hub for pandemic and epidemic intelligence », plateforme consacrée à la collecte de renseignements sur les pandémies et les épidémies. Il mettra en relation des experts-es du monde entier en génétique et en analyse de données, issus-es des secteurs public, universitaire et privé. «Tous-tes partagent un objectif commun : détecter et répondre aux menaces posées par les maladies avant qu'elles ne deviennent des épidémies et des pandémies et optimiser la surveillance de routine des maladies », a indiqué l'OMS. La pandémie de Covid-19 a mis en évidence l'importance de l'étude du génome des virus pour combattre les maladies dont ils sont responsables, souligne l’AFP. Sans le séquençage rapide du génome du Sars CoV-2, le virus responsable de la Covid-19, les vaccins n'auraient pas pu être développés aussi rapidement et être aussi efficaces, relève l'OMS.  Les nouveaux variants du virus, encore plus contagieux, n'auraient pas pu être identifiés aussi rapidement. « La génomique est au cœur d'une préparation et d'une riposte efficaces face aux épidémies et aux pandémies », a souligné l'OMS, soulignant que l'analyse génétique des agents pathogènes était aussi cruciale pour le contrôle de nombreuses maladies, qu'il s'agisse de la grippe ou du sida. Si la pandémie de Covid-19 a incité des pays à améliorer leurs capacités en matière de séquençage de génomes, d'autres manquent toujours de moyens pour recueillir et analyser les échantillons, a souligné l'OMS. Le nouveau réseau mondial est appelé à relever ce type de défis, car il devrait « donner à tous les pays un accès au séquençage du génome des agents pathogènes et aux analyses dans le cadre de leur système de santé publique », selon le patron de l’OMS.