Manifestation du 1er décembre à Paris

28 Novembre 2018
4 008 lectures
Notez l'article : 
0
 

Plusieurs associations de lutte contre le sida (dont Act Up-Paris, AIDES, Actions Traitements, Pari-T, Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence-Couvent de Paname, etc.) appellent à participer à la manifestation du 1er décembre à Paris. Le rendez-vous est fixé à 17 heures, place de la République. Elle a pour slogan : « Discriminations + Répression = Contaminations ». Pour les associations signataires : « L’État français fait le lit de l’épidémie de sida ». « Dans moins d’un an, la France accueillera la conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Cette réunion capitale pour la continuité de la riposte contre le VIH/sida a été arrachée grâce à la pression de l’ensemble des organisations et mouvements d’activistes. Quoiqu’il veuille présenter à cette occasion, le gouvernement français n’aura pourtant rien de réjouissant à partager, tant le bilan du début de mandat [en matière de lutte contre le sida, ndlr] est consternant – tel est le constat que nous devons tirer à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre le sida », expliquent les organisations non gouvernementales. Elles dénoncent « les orientations toujours plus néo-libérales, austéritaires et sécuritaires du gouvernement », qui « continuent d’entraver l’accès effectif à la prévention, au dépistage, aux soins et aux droits humains. Ces choix délibérément constituent des facteurs intrinsèques de contaminations », estiment-elles. L’appel à la marche du 1er décembre 2018 dénonce ainsi le sort fait aux personnes migrantes « qui sont les premières cibles de ces politiques ».  « Elles représentaient en 2017 plus du tiers des découvertes de séropositivité et, parmi elles, près de la moitié se sont contaminées en France. Plutôt que de mettre en place un accueil dans des conditions dignes et humaines, l’Etat français préfère harceler, expulser, et renvoyer à la mort. L’Ofii, désormais chargé de la procédure médicale d’évaluation des demandes de titres de séjour pour soins, s’illustre depuis par la multiplication d’avis négatifs pour des [personnes demandeuses vivant avec le VIH], les menaçant d’une expulsion vers un pays dans lequel elles ne pourront pas accéder aux traitements. Sont également dénoncés les politiques conduites et mesures prises concernant les personnes travailleuses du sexe (pénalisation des clients, par exemple), les personnes usagères de drogues (accès à l’information et au matériel de prévention rendus difficiles par une des lois les plus répressives d’Europe, refus de modifier la politique des drogues à la française, etc.), pour les personnes détenues (problème d’accès aux soins en détention). Sont aussi mentionnées les LGBTIphobies que les ONG signataires jugent insuffisamment prises en compte, les entraves maintenues concernant les droits pour les personnes trans, etc. « Les conséquences des politiques discriminatoires et répressives sur la dynamique de l’épidémie sont aussi implacables en France que partout ailleurs dans le monde », indique l’appel à manifester. À cette occasion, les associations demandent : des moyens pour garantir l’accès effectif à tous les dispositifs de prévention, de dépistage, et de prise en charge globale ; des moyens pour l’ensemble des acteurs de la lutte, et en particulier les associations, menacées par le tarissement idéologique des financements publics ; des droits et les conditions nécessaires à leur exercice pour toutes et tous ; une réelle prise en compte des besoins des populations des pays concernés ; l’accès universel à tous les traitements disponibles. Autre événement parisien lors de cette journée… le territoire d’action de AIDES Paris organise le 1er décembre un village associatif à la Rotonde de Jaurès (place de la bataille de Stalingrad - 75019 Paris. M° Stalingrad ou Jaurès, lignes, 2, 5 et 7) avec des animations, des discussions, des débats, des témoignages de personnes vivant avec le VIH, des activités artistiques, du street art, etc. Ce sera de 12 heures à 16 heures… avec donc largement le temps de rejoindre la Marche qui partira à 18 heures de la place de la République.