Mes douleurs : quelle prise en charge ?

19 Février 2013
2 914 lectures
Notez l'article : 
0
 

La douleur est une sensation désagréable ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Elle peut être provoquée par un traumatisme ou une maladie, mais aussi par un mauvais fonctionnement du système nerveux responsable de sa transmission. Voilà pour la définition… du moins une des définitions possibles. Cela ne sera une découverte pour personne : la douleur est bel et bien un signal d'alarme de l'organisme pour signifier une remise en cause de son intégrité physique, un appel à l’aide en quelque sorte. La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable voire insupportable. Elle est aussi individuelle et souvent graduelle. Les douleurs sont soignées (là aussi, ce n’est pas une découverte) par des médicaments comme les analgésiques, les anesthésiants… La douleur, c’est aussi la principale raison pour laquelle des personnes font appel à la médecine non conventionnelle. Mais qu’en est-il des douleurs chroniques, de celles qui s’installent comme une seconde peau, de celles dont il faut s’accommoder, qu’il faut contourner, qu’on doit gérer. Cette prise en charge peut s’avérer complexe et requérir les efforts coordonnés de professionnels de la santé (médecins, psycho-cliniciens, physiothérapeutes, ergothérapeutes, infirmiers, kinés, etc.) Quelles sont vos solutions, pistes, idées, expériences pour faire face aux douleurs ? On se les échange ce soir sur le chat à partir de 21 heures, dans le salon thématique en compagnie de Vichenzo.

Commentaires

Portrait de vichenzo

Si vous souhaitez proposer des sujets pour les prochains chats thématiques, c'est dans ce forum qu'il faut soumettre vos idées.

Chaque personne réagit différemment face à la douleur, et l’on distingue deux sortes de douleurs : les douleurs physique et les douleurs psychique.

Pour cette dernière, on peut avoir recours à un professionnel (psychologue, psychiatre) pour nous aider à la surmonter, mais des fois le simple fait d’être soutenu et écouté par des personnes comme nous, qui comprennent peut s’avérer suffisant « heureusement que l’on se comprend entre nous, c’est un remède de plus », « le soutien entre nous est important et nous ne pouvons compter que sur nous même ».

Les centres anti-douleurs ont été évoqués, ce sont des centres spécialisés dans la gestion de la douleur. Ils proposent des consultations pluridisciplinaires pour une prise en charge globale du patient et de ses douleurs. Les disciplines pratiquées dans ces centres sont l’hypnothérapie, la sophrologie, l’acupuncture, etc… (liste non exhaustive). En général on trouve ces centres dans les hôpitaux. « vous avez tous droit de demander une consultation anti-douleur ainsi que d’autres prises en charges ».

Le cannabis peut être utilisé pour calmer des douleurs musculaires il permet aussi de se relaxer. « fumer un joint (…) voici mon meilleur truc anti douleur ». Attention cependant lorsqu’il est consommé en étant fumé le cannabis a un effet délétère sur les poumons.

Des seronautes pratiquent des techniques de bien-être tel que le yoga. « Il permet de garder un corps très souple, ca met à l’abri des petits bobos », « avec le yoga tu améliores aussi la volonté et la persévérance ». Des vidéos sont disponible sur le net, cependant pour les débutants il est vivement conseillé de prendre des cours afin « d’avoir quelqu’un qui te conseil pour éviter les mauvaises postures ». Les techniques de respirations quand à elles permettent d’agir sur certains maux de ventre et peuvent s’apprendre de façon autodidacte.

Les effets indésirables dus aux traitements peuvent engendrer des douleurs, comme les neuropathies. Il ne faut pas hésiter à en parler avec son médecin pour voir si il est possible de changer de combinaison médicamenteuse, ou pour qu’il nous conseil sur la gestion de ces effets indésirables. On peut également dans le cadre du protocole de soin se faire prescrire des séances chez un kinésithérapeute ou un chiropracteur.

L’automédication peut être pratiquée en cas de petits bobos (rhume, mal de tête, mal de ventre,…). Certains tisanes ou plantes peuvent par exemple faciliter la digestion. Attention cependant aux interactions entre les plantes et les antirétroviraux, il faut toujours demander l’avis de son médecin ou pharmacien, et si les symptômes persistent il ne faut pas consulter son médecin.

 

Et vous quels sont vos trucs et astuces pour gérer la douleur ?

Etes-vous satisfait de la prise en charge qui vous est proposée lorsque vous en parlez à votre médecin ?

C’est à vous !!!