Méthadone: c'est niet pour la Russie !

6 Novembre 2009
628 lectures
Notez l'article : 
0
 
drug23_v.jpg

C'est un avis tranché qu'a exposé (28 octobre) le chef des services sanitaires russes lors d'une Conférence internationale sur le sida en Europe de l'Est : la Russie demeure opposée aux programmes faisant appel à la méthadone comme substitut à l'héroïne. "La Russie est catégoriquement opposée à cet élément dans les programmes de prévention", explique le responsable russe car la méthadone est illégale dans le droit russe. Comme l'indique l'AFP, la Russie propose des "programmes efficaces" à l'intention des personnes usagères de drogue. Des programmes qui sont tellement efficaces que l'épidémie de sida ne se cesse de se développer en Russie chez les personnes usagères de drogues. En fait, plus de 60 % des personnes contaminées par le sida en Europe de l'Est et en Asie centrale l'ont été par l'injection de drogue en intraveineuse. Selon les chiffres officiels, plus d'un demi-million de personnes sont officiellement enregistrées en Russie comme étant porteuses du virus. Mais ce n'est pas pour cela que les autorités russes comptent changer leur politique. Cette dernière a d'ailleurs été critiquée par des intervenants étrangers lors de la conférence. Le patron de l'ONUSIDA a ainsi estimé que l'emploi de la méthadone était un "élément essentiel pour un accès universel à la prévention contre le HIV". Nombre de spécialistes internationaux estiment que la méthadone réduit le risque de contamination et facilite la prise de médicaments anti-VIH chez les personnes usagères sous traitement.