Méthadone et Naloxone : point d’info

8 Août 2020
457 lectures
Notez l'article : 
0
 

« L’utilisation de la méthadone ne doit pas être banalisée en raison de sa toxicité propre, induisant un risque important de dépression respiratoire pouvant conduire au décès », mentionne une information (16 juillet) de l’Agence nationale de sécurité du médicament. L’agence sanitaire rappelle également l’intérêt pour les personnes consommatrices et leur entourage de « disposer sur soi d’un kit de naloxone prête à l’emploi, antidote des overdoses aux opioïdes ». La méthadone, traitement de la dépendance aux opioïdes, est de plus en plus prescrite, témoignant d’une amélioration de la prise en charge des usagers-ères de drogues, note l’ANSM, qui rappelle que ce médicament fait l’objet d’une surveillance renforcée, notamment par l’ANSM et son réseau d’addictovigilance (CEIP-A) et cela depuis dix ans. Un bilan montre que la méthadone est depuis plusieurs années, la première substance impliquée dans les décès chez les personnes usagères de drogues. En 2018, elle est directement impliquée dans 35 % des décès rapportés dans l’étude Drames (163 décès sur un total de 464) ; son usage détourné augmente : son injection, son obtention illégale (don ou deal), sa consommation en milieu festif, de manière occasionnelle, par des personnes n’ayant jamais pris d’opioïdes, et parfois par des sujets mineurs ; avec des conséquences graves. Le point d’information vise à rappeler « les risques d’overdose et de décès liés à la méthadone ». Ce risque est plus important chez une personne ne consommant pas ou peu d’opioïdes (dose létale 1 mg/kg), à l’initiation du traitement, après un arrêt même court ou une diminution des doses (sortie de prison, sortie de sevrage). L’ANSM recommande aux personnes traitées et à celles usagères de drogues de ne jamais donner la méthadone à une autre personne, de ne pas la consommer en dehors de toute prescription ou pour un autre motif, de ne pas la consommer avec d’autres substances telles que l’alcool, l’héroïne, d’autres opioïdes, la cocaïne, des anxiolytiques ou la prégabaline, de la conserver dans un endroit hors de portée et de vue des enfants. La naloxone, antidote aux overdoses aux opioïdes est disponible sous forme de kit prêt à l’emploi facilement utilisable par les usagers-ères ou leur entourage en l’absence d’un-e professionnel-le de santé. Tout médecin peut en prescrire et toute pharmacie peut en délivrer, même sans ordonnance, rappelle l’ANSM.