"Mettre fin à l’épidémie de sida est une question de droits de l’homme"

20 Décembre 2013
1 488 lectures
Notez l'article : 
0
 

De qui cette formule ? De Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA. "Je suis convaincu que nous pouvons mettre un terme à l’épidémie de sida à l’horizon 2030", indique-t-il dans un message du 10 décembre dernier. "C’est un objectif que nous devrions tous partager, mais qui ne pourra être atteint qu’avec le respect des droits de l’homme de toutes les personnes vulnérables au VIH et vivant avec le virus. La lutte contre le VIH nous a appris que la santé et les droits humains sont intimement liés et qu’il nous faut protéger et respecter les droits de l’homme et être assez courageux pour combattre les injustices de la société", rappelle-t-il. "On ne peut accepter que les femmes et les filles, les professionnel-le-s du sexe, les consommateurs de drogues, les migrants, les personnes incarcérées, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les transgenres soient victimes d’agressions, de viols et de meurtres sans que notre conscience n’en soit révoltée et notre sens de la responsabilité humaine remis en question. Comment le monde peut-il accepter que certaines personnes aient accès à la sécurité et aux services alors que d’autres ne le peuvent pas du fait de leur statut juridique et social, de leur niveau de revenus ou de leur orientation sexuelle ?", interroge-t-il. "Les personnes vivant avec le VIH et vulnérables au virus ont lutté pour leurs droits humains et gagné le respect de ceux-ci dans de nombreux endroits dans le monde – le droit à la non-discrimination, à la participation, à la santé (sous la forme de la prévention et du traitement du VIH) et à la vie. Elles ont radicalement fait évoluer les processus de développement traditionnels en exigeant que "rien de ce qui les concerne ne soit fait sans elles", en refusant d’être des bénéficiaires passifs, en demandant à être elles-mêmes des acteurs du changement. Mais des millions d’autres personnes n’ont pas accès à la santé et voient leurs droits humains bafoués. La réalisation de notre vision – zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au sida – exige le respect des droits de l’homme (…) Nous devons avoir le courage de mettre fin à l’épidémie de sida, mais aussi de transformer radicalement notre monde – pour en faire un monde où il n’y aura plus de laissés pour compte. C’est là le véritable héritage du Président Mandela. Appuyons-nous sur celui-ci pour façonner notre avenir dans le respect des droits humains de tous".

Commentaires

Portrait de bernardescudier

Bravo pour cet article en faveur des droits fondamentaux !

Voir aussi pour la dégradation des droits de l'homme en Europe le documentaire ( ci-dessous ) visible au cinéma, sur le web ... :

http://www.seronet.info/billet_blog/criminalisation-du-vih-le-scandale-grec